Nouvelles recettes

Cornelia Guest partage ses conseils d'hébergement

Cornelia Guest partage ses conseils d'hébergement

S'inspirant de sa mère, icône de la mode classique et experte en style de vie C.Z. Invité, Cornelia Guest fait du bon travail pour garder le nom d'invité vivant et efficace.

Entrepreneure et artiste fabuleuse, Guest sait ce qui est important pour elle : la famille, les animaux, la philanthropie et les nouvelles entreprises. Une touche-à-tout, elle a ses mains dans les mondes de la mode, de la nourriture et du divertissement.

En 2009, elle a fondé Cornelia Guest Events et Cornelia Guest Cookies, qui organisent des événements caritatifs et de divertissement haut de gamme avec des plats sains et végétaliens.

Dans son nouveau livre, Plaisirs simples de Cornelia Guest, elle élimine le stress de l'hébergement et en fait une fête agréable pour les invités et les artistes. Elle a divulgué quelques-uns de ses conseils pour un hébergement réussi qui ne manquera pas d'aider même les plus novices des organisateurs de fêtes et de dîners.

Restez à l'écoute pour les recettes et plus de Plaisirs simples!

Le repas du jour : Quels raccourcis pouvez-vous faire dans la cuisine lorsque vous recevez ?

Cornélia Invité : Achetez des haricots biologiques en conserve et lorsque vous décidez de ce que vous allez faire, mettez tous vos ingrédients à l'extérieur et préparez-les pour la recette.

TDM : Quelle est la vraie clé du « divertissement sans effort ?

CG : Soyez heureux, charmant et souriez beaucoup et si quelque chose ne va pas ou devient un peu fou, ne le dites à personne. Traitez-le et continuez !

TDM : Quelle est la seule chose qui orne toujours chaque fête que vous organisez ?

CG : Fleurs – fraîches si possible, même s'il s'agit d'un petit pot d'herbes sur une table. C'est joli et c'est un excellent sujet de conversation.

TDM : Quel est votre conseil de fête/d'hébergement préféré de votre mère, C.Z. Invité?

CG : N'attendez pas que quelqu'un mange, s'il est en retard c'est son problème, ne faites pas attendre tout le monde !

TDM : Quelle est votre soirée d'été idéale ?

CG : Au bord de la piscine. chaudes nuits d'été. Rose pétillante, bonne bouffe de "Simple Pleasures" et bons amis ! Et toutes mes bestioles autour de moi !


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit grâce à eux. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit grâce à eux. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit grâce à eux. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit grâce à eux. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit grâce à eux. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Dîners éphémères qui partagent une culture, cours par cours

Une nouvelle vague de cuisiniers organise des repas qui explorent leurs souvenirs personnels et leurs traditions culinaires.

Dans les restaurants éphémères, où les chefs s'installent temporairement dans une salle à manger, une grange ou même un dortoir, le dîner est une improvisation, plus jazz que symphonique. Pour un temps limité et un public limité, un cuisinier peut riffer avec une spontanéité préméditée.

Pendant des années, les pop-ups ont été la première étape de nombreux nouveaux arrivants vers l'ouverture d'un restaurant, un moyen de montrer leur talent et d'essayer de nouvelles idées. Mais maintenant, certains chefs et cuisiniers à domicile considèrent le pop-up comme une fin en soi, utilisant les dîners pour explorer et partager leurs traditions culinaires. Souvent, ces repas ressemblent à la fois à des séminaires universitaires et à des albums de famille, une anthropologie intime racontée dans des recettes bien-aimées et des ingrédients récupérés.

Les pop-ups ne sont pas entièrement nouveaux. Ils ont leurs racines dans les soupers du milieu du XXe siècle, les food trucks où les ouvriers achetaient le déjeuner et les restaurants à domicile qui nourrissaient les dirigeants du mouvement des droits civiques. Lorsque la Grande Récession a entraîné la fermeture de restaurants, de nombreux chefs se sont tournés vers des pop-ups pour rester à jour, visibles et solvables.

Cette nouvelle génération de chefs fait payer leurs dîners, mais aucun ne s'enrichit. La plupart font de la publicité sur Instagram et vendent des billets en ligne. Quelle que soit la logistique, leurs pop-ups leur permettent d'innover et d'expérimenter pour quelques convives, créant une communauté qui ne dure que le temps du repas. Alors que les témoignages personnels ont plus de poids dans l'art et le discours public, les pop-ups offrent aux cuisiniers une façon de dire, à travers la nourriture : « C'est mon histoire. C'est ce que je suis."


Voir la vidéo: Hebergement (Janvier 2022).