Nouvelles recettes

Le champion de hot-dogs Takeru Kobayashi lance une révolution

Le champion de hot-dogs Takeru Kobayashi lance une révolution

Six fois champion du concours de mangeurs de hot-dogs de Nathan Takeru KobayashJe n'avalerai pas de hot-dogs humides ce 4 juillet sur le podium mondialement connu du Nathan's Hot Dog. Pour la quatrième année consécutive, Kobayashi, surnommé "Le Tsunami", sera absent.

La première année où Kobayashi s'est absenté du concours de restauration, c'est en partie parce qu'il a refusé de signer un contrat avec la Major League Eating (MLE), estimant qu'il voulait être libre de participer à des concours sanctionnés par d'autres groupes. TheAtlantic.com rapporte: "Les termes du différend sont simples. Manger compétitif ne paie pas particulièrement bien - seuls les mangeurs de premier plan rapportent suffisamment d'argent de la compétition pour qu'ils n'aient pas besoin de revenus supplémentaires. Major League Eating veut une réduction de toute approbation ou parrainage que signe l'un de ses concurrents. Pour Kobayashi, c'était trop demander."

Le déclin de l'offre de MLE a interdit à Kobayashi de participer au concours en 2010. Joey Châtaigne (le nouveau champion en titre) a remporté l'épreuve. Cette année, Kobayashi participera à un concours gastronomique différent, organisé à l'hôtel Eventi à Manhattan, à 21 km des caméras ESPN et de la foule à Coney Island, rapporte BuzzFeed.com. L'article détaillé sur le voyage de Kobayashi explique que bien que les noms des sept adversaires n'aient pas été divulgués, le manager et la petite amie de Kobayashi, Maggie James, insiste sur le fait qu'ils sont des concurrents légitimes, "pas des pompiers faisant l'imbécile pour la charité". "Ce sont d'énormes mangeurs, ils sont durs à cuire, ils ne sont pas moins que ceux sur scène à Coney Island", dit James. La seule différence, explique BuzzFeed, est que les concurrents ne veulent pas signer de contrat limitatif.

Juste à temps pour la célébration de l'indépendance de l'Amérique, il semble que Kobayashi se retrouve renforcé par l'attitude américaine de liberté et de rébellion.


Nous n'avons pas encore atteint les limites de la consommation de hot-dogs, suggère la recherche

Une étude récente affirme que même la consommation record du monde de 75 hot-dogs en une minute de Joey Chestnut est un peu en deçà du potentiel humain le plus élevé de ce sport.

Le 4 juillet, Joey Chestnut a complètement détruit la compétition lors du célèbre concours annuel de mangeurs de hot-dogs Nathan&aposs, abattant 75 hot-dogs et petits pains en 10 minutes pour battre son propre record du monde avec une seule saucisse. Dans la division femmes&aposs, Miki Sudo a établi son propre record, en mangeant 48,5 hot-dogs, un total qui aurait été assez bon pour la deuxième place du côté des hommes.

Chestnut a remporté un nombre incroyable de 33 hot-dogs sur son concurrent le plus proche, ce qui, selon ESPN, était la plus grande marge de victoire depuis que le concours s'est divisé en divisions distinctes pour hommes et femmes en 2011. "C'était difficile", a déclaré Chestnut. "Je savais que j'étais rapide au début. C'était comme une vitesse fulgurante. Et les chiens étaient vraiment bien cuits aujourd'hui [. ] C'est une année folle, et je suis heureux d'avoir pu obtenir un record.

Beaucoup d'entre nous ne mangent probablement pas 75 hot-dogs en une seule année civile, sans parler de 10 minutes, mais selon un article de recherche récemment publié, les humains sont capables de manger encore plus de hot-dogs, encore plus rapidement. Le Dr James Smoliga, directeur associé du Laboratoire de biomécanique et de physiologie humaines de l'Université de High Point, a étudié les données de 39 ans du concours Nathan&aposs Famous et a utilisé ces chiffres pour prédire « la limite supérieure de performance » pour un mangeur de compétition hautement qualifié.

Pour déterminer cette "limite supérieure" pour les mangeurs de hot-dogs, Smoliga a utilisé l'un des modèles statistiques créés par le biologiste de l'Université de Stanford Mark Denny&# x2014bien que Denny ait utilisé ses modèles pour calculer les vitesses de course maximales possibles pour les courses de lévriers, de chevaux pur-sang et d'élite (humain ) les athlètes.

"Bien que souvent perçu comme un spectacle divertissant de gourmandise, près de quatre décennies de données de l'événement donnent un aperçu des limites de la capacité intestinale humaine et de sa plasticité intra-individuelle", a-t-il écrit dans l'article, qui a été publié dans la revue Biology Letters. "J'utilise des modèles mathématiques déjà établis pour déterminer combien de hot-dogs un humain peut rapidement consommer et démontrer que cela est dû à la plasticité de la capacité intestinale."

Smoliga a déterminé que le taux de consommation active maximale (ACR) augmente chez les mangeurs compétitifs (par rapport à ceux d'entre nous qui mâchent sans enthousiasme un hot-dog occasionnel lors d'un barbecue familial) parce que les mangeurs de niveau professionnel préparent diligemment leur corps pour ces événements. Chestnut a déclaré qu'il commençait son entraînement pour Nathan&aposs fin avril et qu'il se soumettait à un concours simulé chaque week-end.

Il s'agit d'un développement relativement récent : selon Smoliga, les premiers gagnants du concours avaient tendance à être de « gros gars obèses » qui ont gagné avec des totaux à un chiffre peu impressionnants. À partir de 2001, le concours a été dominé par Takeru Kobayashi, incroyablement agile, qui a doublé le record de l'époque en abattant 50 hot-dogs. (La séquence de six ans de victoires consécutives de Kobayashi & aposs a été arrêtée par Chestnut en 2007.)

À la suite de cette formation spécialisée, Smoliga dit que l'ACR gagnant a bondi de 700 % depuis le lancement du concours Nathan&aposs il y a moins de 40 ans, par rapport aux performances record du monde dans d'autres sports, qui n'ont augmenté que d'environ 40. pour cent au cours du siècle dernier et plus. « Aucun autre sport ne se rapproche de cela lorsque les records sont mesurés sur une période de plus de 100 ans », a-t-il déclaré au New York Times.

Alors, à son avis, quel est le nombre maximum de hot-dogs qu'un mangeur compétitif peut avaler en 10 minutes ? It&aposs quatre-vingt-quatre, soit neuf de plus que Chestnut a réussi cette année à battre le record du monde. Nous attendions déjà avec impatience le concours de l'année prochaine et aposs, mais cela le porte à un nouveau niveau.


L'échec alimentaire épique du chien potelé est un « régal » à regarder

Joey Chestnut, le mangeur compétitif n ° 1 au monde, ne sait toujours pas exactement comment il a battu son propre record l'été dernier - manger 74 hot-dogs (et petits pains) en seulement 10 minutes au concours annuel de Nathan's Famous Hot Dog Eating.

"Je viens de trouver un rythme", a déclaré Chestnut, 35 ans, à The Post. (Son record précédent, établi en 2017, était de 72 chiens.) « C'est presque comme être un marathonien. Vous frappez une foulée et allez avec.

On estime que 40 000 personnes, dont beaucoup portent des chapeaux de hot-dog en mousse, descendront sur la promenade de Coney Island ce 4 juillet pour voir si Chestnut peut recommencer. Les foules pourraient être particulièrement nombreuses à cause d'un documentaire, "The Good, the Bad, the Hungry", qui fait sa première télévisée mardi sur ESPN et se concentre sur l'ancienne rivalité entre Chestnut et l'ancienne superstar de Nathan, Takeru Kobayashi.

George Shea, qui dirige la compétition depuis 1991, est aussi surpris que quiconque que l'événement annuel soit devenu un phénomène national.

«Je suis un homme sans vision», dit-il. "Au début, n'importe quel homme d'affaires aurait regardé cela et aurait dit:" Vous êtes fou. Tu vas perdre tellement d'argent !' »

C'est tout le contraire qui s'est produit. Le concours Nathan est désormais sponsorisé par des marques telles que Coca-Cola, Netflix, Pepto-Bismol, Old Navy et Heinz. Depuis 2004, il est diffusé exclusivement sur ESPN – la télédiffusion d'une heure commence samedi à midi, heure de l'Est – avec un peu plus d'un million de téléspectateurs l'année dernière.

Le participant Geoffrey Esper, un homme de 44 ans originaire d'Oxford, dans le Massachusetts, qui mange de la compétition depuis 2014, ressent la pression du concours aux enjeux de plus en plus élevés.

« J'ai été vraiment déçu de mes résultats l'an dernier », déclare le professeur de lycée, qui est également le troisième mangeur compétitif au monde. "J'aurais dû faire bien mieux." Il est arrivé quatrième l'année dernière, consommant seulement 41 hot-dogs. "Je pense que j'ai jeûné trop longtemps avant le concours", dit-il. "Et je me suis trop fatigué."

Le concours est plus épuisant que les étrangers ne le pensent, a déclaré Esper au Post. "Ce n'est pas comme le dîner de Thanksgiving, où vous mangez jusqu'à ce que vous soyez rassasié", dit-il. "Vous mangez jusqu'à ce que vous soyez rassasié et ensuite vous continuez à manger. Et manger. Et puis tu manges encore. Et quelques autres.

Les origines du concours de mangeurs de hot-dogs de Nathan varient selon la personne à qui vous demandez.

On estime que 40 000 fans - dont beaucoup portent des chapeaux de hot-dog en mousse - assistent chaque année au concours de manger des hot-dogs de Nathan à Coney Island. Plus d'un million de téléspectateurs l'ont regardé sur ESPN l'année dernière. Paul Martinka

Selon Shea, l'histoire officielle est que cela a commencé en 1916, la même année que Nathan Handwerker a ouvert son premier stand de hot-dogs à Coney Island. Ce 4 juillet, quatre clients de Nathan, tous des immigrants récents, se sont disputés pour savoir qui était le plus américain. Ils ont décidé de le régler avec un concours de manger.

"Un gars nommé Jim Mullen a été déclaré gagnant après avoir mangé 13 hot-dogs", dit Shea. « Cela faisait clairement de lui le plus américain. Et une tradition est née.

C'est une histoire amusante, mais ce n'est probablement pas vrai.

« L'histoire a été inventée par Max Rosey et Mortimer Matz, le p.r. les gars qui ont créé le concours dans les années 1970 », explique Jason Fagone, auteur de « Horsemen of the Esophagus : Competitive Eating and the Big Fat American Dream » (Broadway Books).

Shea, qui a fait de sa vie le travail de nourrir et de s'appuyer sur la mythologie du concours, admet que l'histoire d'origine est une « histoire ambitieuse ».


Le championnat de mangeurs de hot-dogs ajoute un concours pour les dames qui déjeunent

NEW YORK - Cette année, la course du quatrième juillet pour vous bourrer le visage de hot-dogs a un nouveau pigout réservé aux femmes.

"Serena Williams n'a pas eu à battre Roger Federer pour remporter le titre de Wimbledon, et nous ne pensons pas que Sonya Thomas devrait avoir à battre Joey Chestnut", a déclaré le maître de cérémonie George Shea.

Thomas, connue sous le nom de The Black Widow de l'alimentation compétitive, a établi un record du monde féminin en 2009 en fourrant 41 hot-dogs dans son corps de 105 livres en 10 minutes.

Thomas et huit autres femmes s'affronteront aujourd'hui à Coney Island juste avant le célèbre festin de hot-dogs de Nathan, qui, cette année encore, mettra en vedette le champion du monde Chestnut, surnommé Jaws. Le joueur de 27 ans de San Jose, en Californie, s'est frayé un chemin vers un quatrième championnat consécutif l'an dernier en battant 54 chiens pour la bourse de 20 000 $.

Son principal rival, Takeru Kobayashi, 33 ans, qui a détenu le record du monde de consommation de hot-dogs de 2001 à 2007, est notamment absent cette année, mais prévoit son propre concours de restauration sur un toit de Manhattan à 11 kilomètres de là.

Trois concurrents chinois sont venus de Pékin pour rejoindre la compétition, qui sera retransmise en direct sur ESPN.

Thomas a battu Chestnut dans le passé. Elle a mangé 181 ailes de poulet contre 169 lors du National Buffalo Wing Festival à Buffalo en septembre dernier.

Les responsables de Nathan disent qu'ils pensent que les championnes comme Thomas et Juliet Lee, pesant également environ 105 livres, ne sont pas pleinement exposées pour leurs réalisations, nous les vendons à découvert. La châtaigne pèse 218 livres. .

D'où la compétition ajoutée sur la même scène que les hommes.

"Pour moi, cette excitation est similaire à celle lorsque les femmes ont obtenu le droit de vote", déclare le challenger Larell Marie Mele, un 133 livres de Long Pond, en Pennsylvanie.

La compétition féminine débutera à 11h30.

Pour ajouter au facteur beurk de la journée, une ceinture de champion rose spéciale a été conçue pour les dames - par le sponsor Pepto-Bismol. Le gagnant du concours masculin remporte la ceinture moutarde Nathan.

Kobayashi, la star japonaise qui prépare aujourd'hui sa propre émission culinaire, reste inéligible à l'événement de Coney Island pour avoir refusé de signer un contrat exclusif avec la Major League Eating, l'équivalent de la restauration rapide de la NFL.

Kobayashi a passé une nuit derrière les barreaux à Brooklyn après avoir pris d'assaut la scène de Nathan lors de la compétition de 2010. Le mangeur de célébrités, surnommé The Tsunami, s'est précipité sur scène et a combattu la police.

Il dit qu'il veut être libre de participer à des événements mondiaux sanctionnés par d'autres groupes.

Shea a déclaré que la ligue avait approché à plusieurs reprises Kobayashi pour discuter de son éventuel retour à Coney Island.

"Il a même refusé de nous parler", dit Shea. "Il a toujours été un mangeur de Ligue majeure, donc pour lui, dire qu'il est banni n'est ni juste ni exact."

Le petit Kobayashi à la voix douce a déclaré par l'intermédiaire d'un interprète qu'il serait prêt à négocier - s'ils supprimaient la clause d'exclusivité.

Souriant, il s'est assis dans le bar en plein air sur le toit du 230 Fifth Avenue où il mangera aujourd'hui, avec une télévision à écran plasma géante diffusant la compétition officielle en direct. L'exploit officieux de bourrage de visage de Kobayashi doit commencer en même temps que le concours de Coney Island.

Déclare Shea : « Le champion du monde des mangeurs de hot-dogs sera couronné à Coney Island – le berceau de la restauration rapide.

Le premier chien y fut vendu vers 1870 par le boucher allemand Charles Feltman. Son employé d'origine polonaise, Nathan Handwerker, a ouvert sa propre entreprise à Coney Island en 1916. Nathan’s Famous est toujours la toile de fond du concours qui a commencé cette année-là.

Selon la tradition locale, les hommes immigrants ont commencé la compétition après s'être disputés pour savoir qui était le plus américain, réglant leur différend en essayant de se surpasser. L'Irlandais Jim Mullen a gagné avec 13 chiens.


Takeru Kobayashi contre. Joey Chestnut : le combat de gros hot-dogs

Takeru Kobayashi (à droite) du Japon serre la main du champion en titre Joey Chestnut lors de la cérémonie de pesée du Nathan's Famous Fourth of July International Hot Dog Eating Contest à New York le 2 juillet 2009. Photo : REUTERS

Lors du concours international de mangeurs de hot-dogs Nathan du 4 juillet à Coney Island, dans l'État de New York, Joey Chestnut a remporté 68 hot-dogs pour remporter le titre 2012. Mais de l'autre côté de la ville, son rival de compétition, Takeru Kobayashi, a mangé 68,5 hot-dogs au Crif Dog Classic.

Kobayashi a été, de l'avis de tous, la superstar du monde de l'alimentation compétitive pendant des années, remportant le titre Nathan de 2001 à 2006. Au cours de sa première année de compétition, il a mangé deux fois plus de hot-dogs que son plus proche concurrent. En effet, lorsque l'alimentation compétitive s'est généralisée grâce à ESPN en 2004, c'est la petite merveille japonaise qui a captivé l'imagination du monde. Comment un si petit homme a-t-il pu manger autant de hot-dogs ?

Kobayashi est largement reconnu pour avoir popularisé ce sport, transformant le concours annuel de dégustation de hot-dogs en un événement incontournable du 4 juillet.

Un différend contractuel, cependant, a forcé Kobayashi à se retirer de la compétition de Nathan il y a deux ans. Essentiellement, le natif de Nagano, au Japon, a refusé d'accepter les limites restrictives de la Major League Eating sur les avenants et la rémunération.

Ma conviction est que l'organisation qui produit l'événement ne peut pas être la même agence qui possède également les athlètes, a-t-il récemment déclaré à SBNation. Ma conviction est qu'il devrait y avoir un organisme régissant le concours. que chaque mangeur appartienne à son propre agent ou à ses propres agences. Les mêmes personnes organisatrices ne peuvent pas être le même corps organisant les mangeurs.

Kobayashi se considère comme un combattant de la liberté en quelque sorte et a choisi de naviguer seul dans cette industrie de niche, refusant par principe un contrat MLE à trois chiffres pour se produire à la place lors d'événements bizarres dans le monde entier pour gagner sa vie.

Sa dispute avec le MLE s'est effondrée au milieu de la première grande rivalité du monde de l'alimentation compétitive: Kobayashi contre San Jose, Californie, natif de Joey Jaws Chestnut.

Chestnut a facilement remporté la ceinture jaune moutarde cette année au Nathan's International Hot Dog-Eating Contest à Coney Island, battant son principal rival de 16 hot-dogs.

Je me sens bien, c'était une belle victoire, a déclaré Chestnut dans son discours de victoire, ajoutant qu'il aurait souhaité pouvoir manger un nombre record de hot-dogs pour le public. J'ai fait de mon mieux. J'attends déjà l'année prochaine avec impatience.

Chestnut est désormais à égalité avec son ancien rival avec six victoires consécutives lors de l'événement. Kobayashi avait détenu le record de 2001 à 2007 avant que Chestnut ne commence sa domination, battant Kobayashi jusqu'à sa sortie controversée.

En 2010, Kobayashi a été arrêté lorsqu'il a pris d'assaut la scène lors de la compétition Nathan's Fourth of July. L'année dernière, il a commencé son voyage de retour au sommet en organisant une compétition rivale sur le toit d'un bar de Manhattan, polissant 69 chiens et petits pains en 10 minutes – un de plus que le record du monde et sept de plus que Chestnut à Coney Island. .

Le président de la MLE, George Shea, s'est moqué de la cascade :

Le champion du monde est sacré à Coney Island, avait alors déclaré Shea. toujours été, sera toujours. Il a mis une couronne d'étain sur sa tête et s'est appelé roi.

Je pense que même Kobayashi serait d'accord pour dire que le record est toujours à 68, a déclaré Chestnut. Et s'il veut rivaliser avec moi le 4 juillet, il sait ce qu'il a à faire : signer un simple contrat et s'engager.

Pourtant, ce n'est guère le style de Kobayashi.

Cette année, la sensation de manger a formé son propre concours de mangeurs de hot-dogs. Le concours tire son nom d'une nouvelle institution new-yorkaise de hot-dogs, Crif Dogs, qui est entrée sur le marché en 2001.

Le premier Crif Dog Classic annuel a eu lieu juste après 15 h. EST mercredi chez Roberta, un restaurant populaire dans le quartier industriel branché de Brooklyn, Bushwick. Il a été diffusé en direct sur SI.com et sur UStream.

Alors que Chestnut n'a remporté que 10 000 $ pour la victoire de Nathan, Kobayashi a remporté 15 000 $ pour le Crif Dog Classic, suggérant que son combat contre le MLE en vaut peut-être la peine. Mais en fin de compte, nous ne parlons que de gens qui se fourrent des hot-dogs dans la gorge.


Kobayashi, Frankfurter-Eating Machine, quitte le concours de hot-dogs

Avec les États-Unis hors de la Coupe du monde, il est temps d'avoir des nouvelles de l'autre sport du futur : Takeru Kobayashi, six fois vainqueur du célèbre concours de mangeurs de hot-dogs du 4 juillet de Nathan, ne participera pas à l'événement emblématique de cette année à Coney. Île.

Kobayashi, peut-être la figure la plus reconnaissable dans le monde de l'alimentation compétitive, est actuellement classé n ° 3 dans le monde par Major League Eating, l'organisation qui supervise l'événement Nathan's Famous et des dizaines d'autres concours à travers le monde. Les tentatives pour le joindre ont été infructueuses.

Le mince Japonais de 32 ans est-il trop plein pour concourir ? A-t-il subi une autre blessure à la mâchoire? Non. Il s'agit d'un différend contractuel entre lui et MLE, selon la ligue.

Les mangeurs professionnels signent des contrats acceptant qu'ils ne participeront qu'à des événements sanctionnés par la MLE. Ces contrats ne garantissent pas le paiement des mangeurs, qui gagnent plutôt de l'argent grâce aux avenants approuvés par la ligue et aux gains des prix. Richard Shea, le président de l'organisation, a publié lundi une déclaration indiquant que les négociations avec le pro-mangeur de 160 livres étaient dans l'impasse, mais n'a donné aucun autre détail. Joint dans l'après-midi, le président de MLE, George Shea (et frère de Richard) a refusé de donner des détails.


Takeru Kobayashi, Joey Chestnut et la faille dans un hot-dog compétitif

Joey Chestnut et Takeru Kobayashi ne se sont pas affrontés lors du concours international de mangeurs de hot-dogs Nathan du 4 juillet depuis 2009.

METTRE À JOUR: Joey Chestnut a dévoré 69 hot-dogs et petits pains pour remporter le concours annuel de dégustation de hot-dogs de Coney Island, tandis que Takeru Kobayashi n'en a mangé que 67 lors d'un événement rival à travers la ville.

Takeru Kobayashi était, de l'avis de tous, la première superstar du monde de l'alimentation compétitive, remportant le 4 juillet le titre du concours international de mangeurs de hot-dogs de Nathan de 2001 à 2006. Au cours de sa première année de compétition, il a mangé deux fois plus de hot-dogs que son plus proche. concurrent.

En effet, lorsque l'alimentation compétitive s'est généralisée, grâce à ESPN, en 2004, c'est la merveille japonaise légèrement bâtie qui a captivé l'imagination du monde. Comment un si petit homme pouvait-il manger autant de hot-dogs, se demandait tout le monde.

Le natif de Nagano, au Japon, âgé de 35 ans, a été catapulté dans une carrière de frénésie alimentaire après avoir remporté une émission de télévision japonaise. Il est devenu une sensation du jour au lendemain dans son pays d'origine et a rapidement apporté ses talents sur les côtes américaines où il est largement reconnu pour avoir popularisé le sport en transformant le concours annuel de mangeurs de hot-dogs de Nathan en un événement incontournable du 4 juillet.

Pourtant, un différend contractuel l'a éloigné de la promenade de Coney Island au cours des trois dernières années.

Essentiellement, le vainqueur de cinq records Guinness - hot-dogs, pâtes, boulettes de viande, Twinkies, hamburgers - a refusé d'accepter ce qu'il a appelé des limites trop restrictives sur les avenants et la rémunération imposées par la Major League Eating, la fédération internationale qui gère le Nathan's Concours du 4 juillet et autres événements annuels. Kobayashi a plutôt décidé de naviguer seul dans le secteur de niche.

George Shea, porte-parole de la Major League Eating, a réitéré dans un e-mail à International Business Times, mercredi, que Kobayashi n'avait jamais été banni de la compétition.

« Kobayashi ne fait pas partie de notre ligue et il n'est donc pas éligible pour participer à nos événements, mais nous l'avons toujours accueilli dans notre ligue. En fait, nous lui avons demandé chaque année s'il aimerait faire partie de la ligue et il a refusé à plusieurs reprises.

« Après avoir perdu trois concours de hot-dogs consécutifs contre Joey Chestnut, il a quitté la ligue, ce qui l'a libéré de son propre chef et d'exploiter sa renommée dans des événements tels que le prochain concours Uncle Bob's Self-Storage Cupcake-Eating, qui a captivé le l'attention de presque tous les amateurs de nourriture compétitive dans la région d'Upper Saddle River, dans le New Jersey », a poursuivi Shea.

C'est vrai. Kobayashi a perdu contre Joey "Jaws" Chestnut, originaire de San Jose, trois années de suite. Son pouvoir de star s'estompait au point où il a pris d'assaut la scène du Nathan en 2010 et s'est proclamé combattant de la liberté. C'était un moment faible pour Kobayashi, mais le mangeur de champion japonais a fait un retour en force au cours des deux dernières années.

En 2011, Chestnut a abattu 62 hot-dogs en 10 minutes pour gagner à Coney Island tandis que son ennemi mortel, Kobayashi, en a mangé 69 lors d'un événement simultané à travers la ville sur le toit du 230 Fifth à Midtown Manhattan. En 2012, Chestnut a mangé 68 hot-dogs à Coney Island tandis que Kobayashi en a mangé 68,5 dans un bar du quartier de Bushwick à Brooklyn. Les fonctionnaires de Nathan ont rejeté les deux dossiers.

Cette année, Kobayashi remet le couvert avec un tournoi le 4 juillet à Eventi, un hôtel Kimpton, à Chelsea. "Vous pouvez vous attendre à voir une scène pleine de mangeurs exceptionnels et moi arriver avec un nouveau record du monde", a-t-il déclaré lorsque IBTimes l'a rattrapé deux jours avant le spectacle.

Alors, comment préparez-vous votre corps à ingérer des dizaines de hot-dogs ? "Je me prépare en entraînant mon estomac à se dilater au maximum", a expliqué le pro. "Je commence cela quelques mois avant l'événement en buvant de l'eau et en ajustant les quantités à mesure que les jours se rapprochent."

Kobayashi n'a jamais hésité à se vendre. Il a joué dans des publicités pour Sports Center, Eight O'Clock Coffee et MasterCard, et est apparu sur MTV True Life, Saturday Night Live et de nombreuses émissions de fin de soirée. Maintenant, il se lance dans le commerce des hot-dogs.

"Après l'événement, je dévoilerai mon tout nouveau hot-dog, le Kobi Dog, qui est très excitant pour moi cette année", a-t-il déclaré. « Le chien Kobi est composé de tout le bœuf nourri au grain du Midwest et perfectionné pour un excellent claquement, morsure et goût. » Tout le monde peut acheter le nouveau produit accrocheur en ligne auprès de Rastelli Foods Group, à partir de jeudi après-midi.

En fin de compte, ce 4 juillet, Chestnut remportera presque certainement la ceinture jaune moutarde au Nathan's International Hot Dog-Eating Contest à Coney Island.

Et, Kobayashi remportera sans aucun doute le titre lors de son propre match à l'Eventi. Il n'y a vraiment personne d'autre qui soit proche de rivaliser avec ces deux-là en se fourrant des hot-dogs dans la gorge, c'est pourquoi c'est tellement dommage qu'ils ne s'affrontent pas.

*** Cet article a été mis à jour le 8 juillet pour refléter l'emplacement du concours de cupcakes en libre-entreposage d'Oncle Bob et le ton sarcastique voulu par le porte-parole de la Major League Eating, George Shea.


Kobayashi, légende du concours de mangeurs de hot-dogs de Nathan, règle le débat sur le sandwich au hot-dog

C'est le jour de l'indépendance, ce qui signifie des feux d'artifice, des drapeaux, des défilés et des hommes et des femmes adultes inhalant autant de hot-dogs que possible en 10 minutes. Le Nathan's Famous Hot Dog Eating Contest à Coney Island opposera le champion en titre Joey Chestnut, qui vise son 10e titre, à Matt Stonie, qui a remporté l'événement en 2015. Mais encore une fois, il n'y aura pas de Takeru Kobayashi sur scène.

Pour la huitième année consécutive, l'excentrique mangeur de compétition japonais et six fois champion de Nathan connu sous le nom de "The Tsunami" ne défiera pas Chestnut – bien qu'il soit à New York, où il vit depuis sept ans. Kobayashi, 39 ans, est toujours en conflit contractuel avec la Major League Eating et n'a pas participé à l'événement de Coney Island depuis 2009.

Kobayashi, dans une interview exclusive avec Bleacher Report, a déclaré qu'il ne regarderait même pas l'événement de mardi, et a également expliqué son boeuf avec MLE, pourquoi il a bloqué Chestnut sur Twitter et le problème d'image de l'alimentation compétitive. Plus important encore, il a répondu à la question déconcertante et intemporelle de savoir si un hot-dog est un sandwich.

Voici quelques extraits de son entretien avec Bleacher Report.

Sur s'il communique jamais avec Chestnut

Non, car je n'ai pas son numéro de téléphone ni son adresse e-mail. Il y a environ quatre ans, je travaillais avec une entreprise de hot-dogs, et le PDG [a dit] quelque chose à Joey Chestnut et Joey Chestnut s'est mis en colère et il a répondu quelque chose à mon sujet sur Twitter, alors je l'ai bloqué. [Des rires.]

Je ne voulais pas lui parler de cette façon. Les gens peuvent penser : « Les mangeurs de compétition sont tellement enfantins ! »

Pourquoi il n'a jamais aimé le récit États-Unis contre Japon entre lui et Chestnut

[Je vis] à New York depuis presque sept ans, et ma mentalité a beaucoup changé. Rien que d'être à New York depuis si longtemps et de traverser l'Amérique, je me rends compte qu'à New York, personne ne s'en soucie vraiment. Ils sont juste comme, "Nous sommes des New-Yorkais." J'ai l'impression que c'est vraiment comme ça que ça devrait être.

Je n'aime pas concourir devant des gens qui disent "U-S-A! U-S-A!" pour moi, j'habite ici !

Sur la façon dont l'alimentation compétitive peut se développer en tant que sport

Si nous avons de gros sponsors et s'ils ont d'énormes prix en argent, de nombreux grands mangeurs viendront. Peut-être qu'ils devraient faire des équipes.

Pourquoi il a arrêté de s'entraîner

J'avais l'habitude de travailler très dur. Mais j'ai arrêté. [des rires.] Je pesais environ 200 livres. Maintenant, je pèse 135 livres. J'ai perdu beaucoup de muscles. J'ai de l'arthrite à cause des bars. En fait, je souffre d'arthrite à la mâchoire.

Pourquoi l'alimentation compétitive a-t-elle besoin d'une cure de jouvence

Je pense que beaucoup de gens pensent que manger de manière compétitive est un sport vraiment dégoûtant, alors les gens pensent qu'ils ont l'air mauvais normalement. Mais je me soucie de ce que je porte. Je ne veux pas être quelqu'un qui fait quelque chose qui est considéré comme dégoûtant et qui ressemble aussi à un plouc.

Si nous avions une ligue de restauration compétitive ou des équipes comme nous en avons parlé, elles devraient avoir l'air bien pour qu'elles soient [commercialisables]. Regardez les concurrents de Nathan, ils ressemblent à des slobs. Pensez au basket, ils portent tous de belles baskets. L'emballage a tout à voir avec le marché.

Sur la question de savoir si un hot-dog est un sandwich

Non! Non. Vous devez avoir beaucoup de respect pour les hot-dogs. C'est complètement différent.

Tout d'abord, le hot dog est américain. Les sandwichs ne sont pas américains. Ils sont différents. Deuxièmement, un hot-dog est comme une idole pop. Les hot-dogs sont mignons. C'est une image pop, tout le monde sait ce qu'est un hot-dog.

Voilà. Un hot dog n'est pas un sandwich, c'est en fait une pop star. C'est Taylor Swift, pas un voyou. Prenez-le du gars qui connaît les hot-dogs - et le style.


Contenu

Le mot "Francfort" vient de Francfort, en Allemagne, d'où proviennent les saucisses de porc similaires aux hot-dogs. [9] Ces saucisses, Frankfurter Würstchen, étaient connus depuis le 13ème siècle et donnés au peuple à l'occasion des couronnements impériaux, à commencer par le couronnement de Maximilien II, empereur romain germanique en tant que roi. « Wiener » fait référence à Vienne, en Autriche (en allemand : Vienne), abritant une saucisse faite d'un mélange de porc et de bœuf. [10] Johann Georg Lahner, un boucher des XVIIIe et XIXe siècles de la ville franconienne de Cobourg, aurait apporté le Frankfurter Würstchen à Vienne, où il a ajouté du bœuf au mélange et l'a simplement appelé Saucisse. [11] De nos jours, dans les pays germanophones, à l'exception de l'Autriche, les saucisses à hot-dog sont appelées Wiener ou alors Wiener Würstchen (Würstchen signifie "petite saucisse"), pour les différencier du mélange original de porc uniquement de Francfort. En suisse allemand, il s'appelle Wienerli, tandis qu'en Autriche les termes Saucisse ou alors Frankfurter Würstel sont utilisés.

Un immigrant allemand nommé Feuchtwanger, de Francfort, en Hesse, aurait été le pionnier de la pratique dans le Midwest américain. Il existe plusieurs versions de l'histoire avec des détails variables. Selon un récit, la femme de Feuchtwanger a proposé l'utilisation d'un petit pain en 1880 : Feuchtwanger a vendu des hot-dogs dans les rues de St. Louis, Missouri, et a fourni des gants à ses clients afin qu'ils puissent manipuler les saucisses sans se brûler les mains. Perdant de l'argent lorsque les clients ne retournaient pas les gants, la femme de Feuchtwanger a suggéré de servir les saucisses en rouleau à la place. [12] Dans une autre version, Antoine Feuchtwanger, ou Anton Ludwig Feuchtwanger, a servi des saucisses en rouleaux à l'Exposition universelle - soit à l'Exposition d'achat de la Louisiane de 1904 à Saint-Louis, [13] [14] ou, plus tôt, à l'Exposition universelle de 1893 Columbian Exposition, à Chicago [15] – encore une fois, prétendument parce que les gants blancs fournis aux clients pour protéger leurs mains étaient conservés comme souvenirs. [16]

Une autre origine possible pour servir les saucisses en petits pains est le pieman Charles Feltman, à Coney Island à New York. En 1867, il fit fabriquer une charrette avec un poêle sur lequel faire bouillir les saucisses et un compartiment pour conserver les petits pains dans lesquels ils étaient servis frais. En 1871, il loua un terrain pour construire un restaurant permanent, et l'entreprise se développa, vendant bien plus que les « Coney Island Red Hots » comme on les appelait. [17] [18] [19]

Le terme chien a été utilisé comme synonyme de saucisse depuis les années 1800, peut-être à cause d'accusations selon lesquelles les fabricants de saucisses utilisaient de la viande de chien dans leurs saucisses. [20] Au début du 20e siècle, la consommation de viande de chien en Allemagne était courante. [21] [22] Le soupçon que les saucisses contenaient de la viande de chien était "occasionnellement justifié". [23]

Une première utilisation du terme Hot-dog en référence à la charcuterie apparaît dans le Evansville (Indiana) Courrier quotidien (14 septembre 1884) :

même l'innocent « wienerpires » n'aura pas le droit de distribuer des hot-dogs au coin de la rue. [24]

Il était utilisé pour désigner une saucisse en boyau dans le Paterson (New Jersey) Presse quotidienne (31 décembre 1892):

le 'hot dog' a été rapidement inséré dans une entaille dans un rouleau. [24]

Les utilisations ultérieures incluent le Nouveau-Brunswick (New Jersey) Horaires quotidiens (20 mai 1893), le Monde de New York (26 mai 1893), et le Knoxville (Tennessee) Journal (28 septembre 1893). [25]

Selon une histoire, l'utilisation de la phrase complète Hot-dog en référence à la saucisse a été inventé par le caricaturiste Thomas Aloysius "Tad" Dorgan vers 1900 dans un dessin animé enregistrant la vente de hot-dogs lors d'un match de baseball des Giants de New York au Polo Grounds. [20]

Cependant, la première utilisation de Dorgan de Hot-dog ne faisait pas référence à un match de baseball au Polo Grounds, mais à une course cycliste au Madison Square Garden, à Le journal du soir de New York 12 décembre 1906, date à laquelle le terme Hot-dog in reference to sausage was already in use. [20] [25] No copy of the apocryphal cartoon has ever been found. [26]

Ingrédients

Common hot dog sausage ingredients include: [27]

  • Meat trimmings and fat, e.g. mechanically separated meat, pink slime, meat slurry
  • Flavorings, such as salt, garlic, and paprika
  • Preservatives (cure) – typically sodium erythorbate and sodium nitrite

Pork and beef are the traditional meats used in hot dogs. Less expensive hot dogs are often made from chicken or turkey, using low-cost mechanically separated poultry. Changes in meat technology and dietary preferences have led manufacturers to lower the salt content and use turkey, chicken, and vegetarian meat substitutes.

Commercial preparation

Hot dogs are prepared commercially by mixing the ingredients (meats, spices, binders and fillers) in vats where rapidly moving blades grind and mix the ingredients in the same operation. This mixture is forced through tubes into casings for cooking. Most hot dogs sold in the US are "skinless" rather than "natural casing" sausages.

Natural-casing hot dogs

As with most sausages, hot dogs must be in a casing to be cooked. Traditional casing is made from the small intestines of sheep. The products are known as "natural casing" hot dogs or frankfurters. [28] These hot dogs have firmer texture and a "snap" that releases juices and flavor when the product is bitten. [28]

Kosher casings are expensive in commercial quantities in the US, so kosher hot dogs are usually skinless or made with reconstituted collagen casings. [28]

Skinless hot dogs

"Skinless" hot dogs use a casing for cooking, but the casing may be a long tube of thin cellulose that is removed between cooking and packaging, a process invented in Chicago in 1925 [29] by Erwin O. Freund, founder of Visking. [30]

The first skinless hot dog casings were produced by Freund's new company under the name "Nojax", short for "no jackets" and sold to local Chicago sausage makers.

Skinless hot dogs vary in surface texture, but have a softer "bite" than with natural casing. Skinless hot dogs are more uniform in shape and size and cheaper to make than natural casing hot dogs.

Home consumption

A hot dog may be prepared and served in various ways. [31] Typically it is served in a hot dog bun with various condiments and toppings. The sausage itself may be sliced and added, without bread, to other dishes.

Hot dog garnished with ketchup and onions

Sandwich debate

There is an ongoing debate about whether or not a hot dog fits the description of a sandwich. [32] [33] The National Hot Dog and Sausage Council (NHDSC) has declared that a hot dog is not a sandwich. [34] Hot dog eating champion Joey Chestnut and former hot dog eating champion Takeru Kobayashi agree with the NHDSC. [35] [36] Dictionary Merriam-Webster, on the other hand, has stated that a hot dog is indeed a sandwich. [37] United States Supreme Court justice Ruth Bader Ginsburg also weighed in on the matter, stating that a hot dog might be categorized to be a sandwich, but ultimately it comes down to the definition of a sandwich. [38] She went on to acknowledge that a hot dog bun is a single roll that is not sliced all the way through and in that way is similar to a submarine sandwich. [39]

Although hot dogs are cooked during manufacture, it is still recommended that they are heated to an internal temperature of at least 165°F (75°C) prior to consumption. [40]

Most hot dogs are high in fat and salt and have preservatives sodium nitrate and sodium nitrite, which are contributors to nitrate-containing chemicals classified as group 1 carcinogens by the World Health Organization, [41] although this has been disputed. [42] [43] These health concerns have resulted in manufacturers offering alternative product lines made from turkey and chicken, and uncured, low-sodium, and "all-natural" franks. Hot dogs have relatively low carcinogenic heterocyclic amine (HCA) levels compared to other types of ready-to-eat meat products because they are manufactured at low temperatures. [44]

An American Institute for Cancer Research (AICR) report found that consuming one daily 50-gram serving of processed meat — about one hot dog — increases long-term risk of colorectal cancer by 20 percent. [45] Thus, eating a hot dog every day would increase the probability of contracting colorectal cancer from 5.8 percent to 7 percent. The AICR's warning campaign has been criticized as being "attack ads". [43] [46] The Cancer Project group filed a class-action lawsuit demanding warning labels on packages and at sporting events. [47]

Like many foods, hot dogs can cause illness if not heated properly to kill pathogens. An unopened package of hot dogs contains ingredients that have the potential for promoting the growth of Listeria bactéries. Listeria monocytogenes can also cause serious infections in infants and pregnant women, and can be transmitted to an infant in utero or after birth. Adults with suppressed immune systems can also be harmed. [48]

Due to their size, shape, and ubiquitous consumption, hot dogs present a significant choking risk, especially for children. A study in the US found that 17% of food-related asphyxiations among children younger than 10 years of age were caused by hot dogs. [49] The risk of choking on a hot dog is greatly reduced by slicing it. It has been suggested that redesign of the size, shape and texture of hot dogs would reduce the choking risk. [50]

In the US, the term "hot dog" refers to both the sausage by itself and the combination of sausage and bun. Many nicknames applying to either have emerged over the years, including frankfurter, frank, wiener, weenie, coney, and red hot. Annually, Americans consume 20 billion hot dogs. [51]

Hot dog restaurants

Stands and trucks sell hot dogs at street and highway locations. Wandering hot dog vendors sell their product in baseball parks. At convenience stores, hot dogs are kept heated on rotating grills. 7-Eleven sells the most grilled hot dogs in North America — 100 million annually. [52] Hot dogs are also common on restaurants' children's menus. Fast-food restaurant chains typically do not carry hot dogs because of its shorter shelf-life, more complex toppings & cooking, and a mismatched consumer expectations. [53] There are also restaurants where hot dogs are a specialty.

Assaisonnement

Hot dogs are commonly served with one or more condiments. In 2005, the US-based National Hot Dog & Sausage Council (part of the American Meat Institute) found mustard to be the most popular, preferred by 32% of respondents 23% favored ketchup 17% chili 9% pickle relish, and 7% onions. Other toppings include sauerkraut, mayonnaise, lettuce, tomato, cheese, and chili peppers.

Condiment preferences vary across the U.S.. Southerners showed the strongest preference for chili, while Midwesterners showed the greatest affinity for ketchup. [54]

Variantes

Many variations are named after regions other than the one in which they are popular. The "New York dog" or "New York style" hot dog, is a natural-casing all-beef frank topped with sauerkraut and spicy brown mustard, onions optional. Sauteed bell peppers, onions, and potatoes find their way into New Jersey's deep-fried Italian hot dog. In the midwest, the Chicago-style hot dog is served on a poppy seed bun and topped with mustard, fresh tomatoes, onions, "sport peppers", bright green relish, dill pickles, and celery salt. Michigan hot dogs are popular in upstate New York (as are white hots), while Coney Island hot dogs are popular in Michigan. Hot wieners, or weenies, are a staple in Rhode Island where they are sold at restaurants with the misleading name "New York System." [55] Texas hot dogs are spicy variants found in upstate New York and Pennsylvania (and as "all the way dogs" in New Jersey), but not Texas. In the Philadelphia metro area, Texas Tommy refers to a hot dog variant in which the dog is topped with melted cheddar or another cheese and wrapped in bacon.

Some baseball parks have signature hot dogs, such as Dodger Dogs at Dodger Stadium in Los Angeles, and Fenway Franks at Fenway Park in Boston, which are boiled then grilled, and served on a New England-style bun.

Skinner's Restaurant, in Lockport, Manitoba, is reputed to be Canada's oldest hot dog outlet in continuous operation, founded in 1929 by Jim Skinner Sr. [56] [57] Hot dogs served at Skinner's are European style foot-long (30.5 cm) hot dogs with natural casings, manufactured by Winnipeg Old Country Sausage in Winnipeg, Manitoba.

The Half Moon Drive In, also in Lockport, Manitoba, and located directly across the river from Skinner's, was established in 1938 by brothers Peter and Louie Kosowicz. [58] The original drive-in consisted of three wooden buildings shaped like semicircles — one was for takeout, one was for dine-in, and the third was a dance hall and later an arcade. [58] The Half Moon also serves European-style wieners manufactured by Winnipeg Old Country Sausage. [58] One of the most popular items on the menu is the Moon Dog, consisting of a hot dog topped with cheese, bacon, fried onions, pickles and mustard the Half Moon serves about 2,000 on an average summer weekend day. [58]

In most of the world, a "hot dog" is recognized as a sausage in a bun, but the type varies considerably. The name is often applied to something that would not be described as a hot dog in North America. For example, in New Zealand a "hot dog" is a battered sausage, often on a stick, which is known as a corn dog in North America an "American hot dog" is the version in a bun.


Takeru Kobayashi Only Ate 65 Hot Dogs In 10 Minutes This Weekend

It appeared that Takeru Kobayashi out-dueled Joey Chestnut by eating a world-record 69 hot dogs in 10 minutes on the roof of a Manhattan bar while Chestnut ate just 62 dogs in the Coney Island Hot Dog Eating Contest in Brooklyn.

But after examining the video, first uncovered by The Brooklyn Paper, it appears the Japanese gastro-legend actually downed a minuscule 65 dogs on Monday.

The owner of the bar where Kobayashi ate stood by the original count, telling The Brooklyn Paper, “We had one judge in the front and one judge in the back. You couldn’t see everything that happened from the video, you had to be there.”

But the video begs to differ. It appears that the eater has a nice rhythm for the first six minutes or so. He breaks two dogs in half, shoves the pieces into his mouth, then munches down a knot of water-soaked hot dog bun.

But the guy behind him in charge of keeping count is completely lost. He spends the better part of the 10 minutes holding up fingers with a quizzical look on his face.

By the time the eater starts mixing it up — eating three at a time, or one at a time — there’s no hope left for an accurate count.