Nouvelles recettes

Diaporama : 14 aliments interdits dans le monde

Diaporama : 14 aliments interdits dans le monde


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Vous pourriez être choqué d'apprendre que votre plat préféré est interdit ailleurs dans le monde

14 aliments interdits dans le monde

istockphoto.com

Lorsque vous parcourez le monde, vous voulez essayer de nouvelles choses - même la nourriture de rue douteuse que vous n'auriez jamais rêvé de commander chez vous - mais que se passe-t-il lorsque cela s'inverse ? Quand votre plat ou aliment préféré est interdit dans le pays où vous vous rendez ?

Eh bien, il y a de fortes chances que ce ne soit pas le cas dans la plupart des endroits, mais de nombreux pays interdisent certains produits alimentaires pour des raisons qui peuvent vous surprendre. Par exemple, le foie gras est interdit dans de nombreux pays du monde (et dans certaines parties des États-Unis) en raison de la pratique inhumaine de surengraissement du foie d'un canard ou d'une oie en le gavant de force. Un autre aliment interdit dans divers pays est le saumon d'élevage. Bien qu'en théorie, cette méthode semble durable et idéale, des pays comme l'Australie ont interdit le produit en raison des produits chimiques et des antibiotiques dont les poissons sont nourris pour conserver la même couleur que le saumon sauvage.

Casu Marzu

Le casu marzu est considéré comme le fromage le plus dangereux au monde, et avec raison. Le nom lui-même signifie « fromage pourri » et contient des asticots vivants. Ces asticots peuvent vous sauter dessus et les problèmes de santé qui peuvent découler de la consommation de ce fromage pourri ont conduit à son interdiction par l'UE.

Caviar

istockphoto.com

Peut-être l'aliment le plus haut de gamme de la planète, le caviar White Beluga provient des œufs de l'esturgeon Beluga, un poisson en danger critique d'extinction qui n'existe que dans la mer Caspienne, la mer Noire et la mer Adriatique. Il est interdit dans une grande partie du monde par la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES), car les pays ayant accès aux mers d'où ils viennent (à l'exception de l'Iran) ne parviennent pas à empêcher leur braconnage.

Chewing-gum

Singapour, la cité-état asiatique hyper-propre et hyper-stricte, est bien connue pour ses lois alimentaires. Le durian, le fruit le plus puant du monde, est interdit dans leur métro, mais leur interdiction la plus célèbre est probablement celle contre le chewing-gum. Le chewing-gum est interdit à Singapour (bien que les Singapouriens puissent se voir prescrire du chewing-gum par un médecin) car les vandales ont une fâcheuse tendance à le coller partout où ils vont. Et tu sais quoi? Nous sommes d'accord avec cette interdiction. Nous en avons marre de mettre du chewing-gum sur nos chaussures, et Singapour est à peu près la ville la plus propre de la planète.

Oeufs en chocolat

Les États-Unis ont interdit les œufs Kinder, un œuf en chocolat italien avec un jouet surprise intégré à l'intérieur dans le cadre d'une loi conçue pour empêcher les petits enfants d'avaler un petit jouet en plastique. L'interdiction est en fait assez strictement appliquée, mais a récemment été contournée par une entreprise du New Jersey qui a trouvé comment séparer les deux côtés du chocolat avec une capsule non comestible visible de l'extérieur.

Foie gras

foie gras est un plat prisé des gourmets. C'est un foie de canard ou d'oie spécialement engraissé qui est spectaculairement beurré et savoureux. Malheureusement, la façon dont vous engraissez spécialement ces oiseaux est de les nourrir de force, ce qui a été déclaré par de nombreux pays et gouvernements locaux comme inhumain et cruel. Ainsi, Israël, l'Argentine, l'Inde, certaines parties des États-Unis et une grande partie de l'Europe ont interdit le foie gras. Certains pays ont inventé des méthodes pour produire du foie gras sans gavage, mais tous les producteurs n'utilisent pas ces méthodes.

Fugu

Le fugu est si dangereux que les chefs passent des années de formation avant de pouvoir servir ce plat, et même encore il y a place à l'erreur. Le fugu est un poisson-globe et, s'il n'est pas préparé et nettoyé correctement, une quantité de tête d'épingle du produit chimique toxique qu'il contient vous tuera s'il est consommé. C'est pour cette raison que le fugu a été interdit au Japon à plusieurs reprises dans l'histoire, mais n'est désormais autorisé à être préparé que par très peu de chefs hautement qualifiés. Cependant, le fugu n'est étonnamment pas interdit en Amérique.

Ail

istockphoto.com

L'ail n'est techniquement interdit nulle part, mais il est tabou chez les moines bouddhistes en Chine et chez certains hindous. Il y a une histoire qui raconte que lorsque le dieu hindou Vishnu a tué un groupe de démons, le sang qui coulait de leurs têtes coupées s'est transformé en ail. Le bouddhisme est une ramification hindoue, il est donc probable que c'est de là que vient la superstition.

Haggis

Le haggis est le deuxième produit écossais le plus connu (derrière le scotch, bien sûr). Il est composé de cœur, de foie et de poumons de mouton et est mélangé à un certain nombre d'épices et d'assaisonnements. Cela semble affreux mais c'est en fait délicieux. Il est interdit aux États-Unis en raison d'une interdiction plutôt arbitraire des poumons des moutons (mais pas du cœur ou du foie).

Ketchup

istockphoto.com

Probablement l'interdiction la plus stupide de la liste, les Français ont interdit le ketchup de leurs écoles primaires parce qu'ils craignaient que les élèves ne l'utilisent pour masquer leur cuisine française traditionnelle. L'idée est que les écoles publiques ne sont pas seulement censées nourrir les enfants, mais leur enseigner la cuisine française, et le ketchup est censé submerger les saveurs traditionnelles. Ironiquement, les étudiants sont toujours autorisés à utiliser du ketchup sur leurs frites.

Mac & Fromage

istockphoto.com

D'accord, techniquement, le macaroni au fromage n'est illégal nulle part, mais certains types de colorants alimentaires le sont, y compris le jaune n° 6. Ce colorant alimentaire s'est avéré nocif pour les enfants, et en tant que tel, tous les aliments contenant du jaune n° 6. 6 sont interdits en Norvège et en Autriche. Un de ces aliments ? Mac et fromage en boîte. C'est évidemment un cauchemar à entendre pour beaucoup d'entre nous - nous avons tous eu du macaroni au fromage en boîte pendant notre enfance, mais heureusement, Kraft Mac 'n' Cheese a en fait abandonné ses colorants artificiels et ses conservateurs il y a quelques années.

Ortolan

L'ortolan est un autre délice de gavage : le bruant ortolan est un oiseau français qui mangera constamment si vous le mettez dans le noir. Traditionnellement, les oiseaux sont mis dans une caisse avec un bouquet de mil jusqu'à ce qu'ils aient suffisamment mangé, puis ils sont noyés dans l'eau-de-vie d'Armagnac. Le mangeur met ensuite une serviette sur sa tête, afin d'empêcher les autres mangeurs de voir ce qu'ils font ensuite, c'est-à-dire manger l'oiseau entier, les os et tout. Il est probablement assez clair pourquoi cela est interdit.

Saumon d'élevage

istockphoto.com

Le saumon d'élevage est plus dangereux que le saumon sauvage parce que les poissons sont nourris de produits chimiques et d'antibiotiques pour leur donner la couleur rose souhaitable - ils auraient autrement une coloration plus brune, car le saumon d'élevage est nourri principalement de céréales. Pour cette raison, la Nouvelle-Zélande, l'Australie et la Russie ont toutes interdit le poisson d'élevage.

Samosas

istockphoto.com

Les samoussas ne sont pas un aliment que l'on peut salir : des viennoiseries frites fourrées de viandes ? Oui s'il vous plaît. Mais Al Shabaab, le groupe musulman extrémiste qui contrôle une grande partie de la Somalie déchirée par la guerre, avait interdit aux habitants sous leur juridiction de manger de la pâtisserie parce que des vendeurs sans scrupules vendaient des samoussas remplis de viande pourrie. Les premiers rapports affirmaient que les pâtisseries étaient interdites parce que leur forme triangulaire ressemblait trop à la Trinité chrétienne, mais c'était évidemment faux.

Sassafras

La racine de sassafras était traditionnellement utilisée pour fabriquer de la bière de racine jusqu'à ce qu'on découvre qu'un élément de l'huile de sassafras peut provoquer le cancer chez les rats. La Food and Drug Administration a interdit son utilisation dans les aliments après sa découverte, bien que les entreprises aient trouvé une solution de contournement en supprimant le safrole (l'élément cancérigène de l'huile) de leur produit. C'est tout à fait légal et il est possible d'acheter certains types de root beer de sassafras sur le marché aujourd'hui.


8 aliments les plus cruels que vous mangez

Au moment où ce cheeseburger arrive dans votre assiette, il est difficile de penser à autre chose qu'à quel point il sera savoureux. Mais lorsque vous retracez les origines de chaque ingrédient, le bœuf, l'œuf au plat, le bacon digne de folie et des vérités inconfortables émergent.

Que nous soyons mal à l'aise au sujet des origines de notre nourriture n'est pas une surprise. Après tout, dans notre monde de la restauration rapide sous film rétractable, précuit, il est facile de l'ignorer. Heureusement, cependant, la prise de conscience grandit là où cela compte : Big Food. Rien que cette année, des cas choquants de maltraitance animale documentés ont persuadé bon nombre des plus gros acheteurs de viande, Burger King et Subway, de rendre leurs chaînes plus humaines.

Pourtant, nous sommes loin de nous sentir bien avec ce qui est pour le dîner, que ce soit du bœuf, du poulet ou même des œufs. Rejoignez-nous pendant que nous vérifions avec le 8 aliments les plus cruels que vous mangez&mdashplus, ce qui est fait à leur sujet et quoi manger en attendant.

Ces gars épineux peuvent vivre aussi vieux que nous, mais grâce à notre appétit pour les rouleaux de homard, ils ne le font généralement pas. Une étude récente dans la revue Comportement animal ont montré que, contrairement aux idées reçues, les homards et les crabes peuvent ressentir de la douleur et présenter des signes de stress. Les homards ont également un système nerveux central, selon d'autres recherches. Mais cela n'a pas convaincu beaucoup de gens d'arrêter de les manger. Certains restaurants haut de gamme proposent même des sashimi de homard vivant, où vous choisissez votre homard dans un réservoir et il apparaît dans votre assiette en quelques secondes, fendu au milieu et se tortillant.

Qu'est-ce qui est fait: Pas grand-chose, bien que faire bouillir le homard soit illégal dans la ville italienne de Reggio Emilia. Au pays, Whole Foods ne vend plus de homards vivants. En 2005, la chaîne a mené une étude interne sur le crustacé et son arrivée en magasin. Ils ont été convaincus par de nombreuses études qui montrent que les homards peuvent être stressés, sont capables d'apprendre et sont conscients de leur environnement. Beaucoup sont détenus dans des installations de stockage pendant plusieurs mois, et parce qu'il n'y a aucun moyen de minimiser cette détresse, Whole Foods a décidé d'arrêter de les transporter vivants.

Que manger à la place: Dégustez des coquillages durables et pêchés de manière éthique, même si cela semble plus simple à trouver qu'il ne l'est. (Les origines peuvent être louches, alors consultez notre article sur la façon de choisir les meilleures crevettes.) Si vous vous inquiétez de l'éthique de manger des fruits de mer mais que vous voulez obtenir vos oméga-3, choisissez une source à base de plantes, comme graines de lin moulues super saines.

Le nom ne cache rien : cette soupe est faite avec des ailerons de requins tranchés en eaux libres. Les poissons sont ensuite rejetés dans l'eau, où ils peuvent se noyer ou saigner à mort. La plupart des ailerons servis aux États-Unis proviennent d'espèces de requins en voie de disparition, selon une étude récente de l'Université Stony Brook et du Field Museum de Chicago. Plus symbole de statut que savoureux (ou nutritif), la soupe aux ailerons de requin est un régal gastronomique populaire en Asie et est également abondante dans les restaurants des États-Unis.

Ce qui est fait : Le finning de requin a été interdit à Hawaï en 2010, et il est depuis rendu illégal à Washington, en Oregon, en Californie et en Illinois. En juillet dernier, l'administration des bureaux du gouvernement chinois du Conseil des Affaires d'État a annoncé que le gouvernement chinois ne servirait plus de plats à base d'ailerons de requin lors d'événements officiels, selon l'organisation de conservation WildAid.

Que manger à la place : À peu près n'importe quoi sous le soleil, mais vous voudrez peut-être commencer par une bisque de fruits de mer. Évitez simplement ces 12 poissons qui sont mauvais pour vous et pour l'environnement.

De nombreux veaux mâles sont destinés à devenir des veaux, car ils ne peuvent pas produire de lait. Quelques jours seulement après la naissance d'un de ces veaux, il peut être déplacé dans une caisse si petite qu'il ne peut pas se retourner. Là, il est généralement nourri au lait ou au lait maternisé et n'est pas autorisé à faire de l'exercice, ce qui donne la chair grasse pâle pour laquelle le veau est célèbre. Les veaux sont généralement abattus lorsqu'ils n'ont que 5 mois.

Ce qui est fait : En 2009, la Humane Society des États-Unis a enregistré des abus d'infiltration de veaux dans un abattoir du Vermont. L'USDA et l'Agence de l'agriculture du Vermont ont suspendu leurs opérations là-bas pour une enquête, et un an plus tard, le propriétaire de l'usine n'a plaidé aucune contestation contre les accusations de cruauté envers les animaux. Mais il y a de bonnes nouvelles : les caisses de veau sont illégales en Arizona, en Californie, dans le Maine, au Michigan et en Ohio. (Pour toutes les dernières nouvelles sur les aliments sains, consultez-nous ici.)

Que manger à la place : Si vous avez envie de la tendreté du veau, optez plutôt pour un hamburger charnu aux champignons portobello. Le nôtre est garni de pesto et de poivrons rouges rôtis et giflé sur un petit pain de blé entier pour 277 calories sans cruauté.

Le foie gras, qui signifie "foie gras" en français, est une délicatesse soyeuse d'oie ou de canard qui est souvent servie dans des restaurants élégants et haut de gamme. Cependant, la façon dont il arrive dans votre assiette n'est pas si élégante. La version courte est la suivante : les ouvriers retiennent les oiseaux et insèrent un long tube métallique dans sa gorge, à travers lequel ils pompent des livres de maïs plusieurs fois par jour. Après environ un mois de gavage, ils sont massacrés et leurs foies deviennent votre dîner.

Ce qui est fait : Il est illégal de nourrir de force des canards dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, l'Autriche, Israël, le Danemark et la Pologne, mais il n'est pas nécessairement illégal de vendre ce produit. Aux États-Unis, la production et la vente de foie gras sont interdites en Californie, mais certains restaurants ont contourné l'interdiction en le donnant, rapporte Magazine de Los Angeles. En 2006, il a été interdit à Chicago, mais le maire de l'époque, Richard M. Daley, a qualifié l'interdiction de "loi la plus stupide" jamais adoptée par le conseil municipal, et elle a été abrogée en 2008.

Que manger à la place : Obtenez votre riche solution pâté sans culpabilité avec le pâté végétalien aux noix. La version sans animaux est faite d'herbes et de noix charnues, et elle est sans cholestérol. Pour encore plus de recettes bien-être, consultez notre newsletter Recette du jour.

Alors vous ne mangez pas de foie gras, de soupe aux ailerons de requin, ni même de viande ? Toi encore ne mange peut-être pas sans cruauté. Le petit œuf innocent vient parfois de poules qui vivent dans des cages si petites qu'elles ne peuvent même pas déployer leurs ailes. Il n'est pas surprenant que les œufs de ces poules, claustrophobes et vivant dans leurs propres déjections, soient jusqu'à 21 fois plus susceptibles d'abriter des salmonelles, selon une étude de 2008 menée en Belgique.

Ce qui est fait : Heureusement, les choses pourraient s'améliorer pour les poulets. Les agriculteurs biologiques et certaines entreprises pionnières, comme Eggland's Best, traitent déjà correctement leurs poulets. Et maintenant, le congrès envisage un nouveau projet de loi&mdashH.R. 3798, ou les modifications de la Loi sur l'inspection des produits aux œufs de 2012&mdash qui donneraient aux poules deux fois plus d'espace vital, interdiraient l'excès d'ammoniac dans les poulaillers et exigeraient un étiquetage sur les cartons d'œufs pour indiquer comment vivaient les pondeuses. Plus de 8 millions de poulets sont abattus chaque année aux États-Unis, selon le National Agricultural Statistics Service de l'USDA, ce qui pourrait être important pour les petits gaillards. (Pour en savoir plus sur les poules plus heureuses, cliquez ici.)

Que manger à la place : Le bio est idéal pour tout ce qui concerne le poulet, car les aliments pour volailles peuvent contenir toutes sortes de mauvaises choses, des antidépresseurs à l'arsenic. Sans cage, c'est bien aussi, car ces œufs ne proviennent pas de poulets qui sont piégés tout le temps dans des cages en batterie. Recherchez des œufs portant le « label certifié sans cruauté élevé et manipulé », ce qui signifie que vos œufs ont subi une inspection volontaire et approfondie par un groupe indépendant de protection des animaux. Ou achetez chez un agriculteur ou une marque en qui vous avez confiance. Consultez LocalHarvest pour trouver des agriculteurs durables près de chez vous.

En parlant d'œufs, le balut est un œuf de canard à la coque, où l'embryon est presque entièrement formé, avec des plumes, des os et tout. L'œuf est fêlé, le liquide de soupe bu et le fœtus déterré pour manger. Il est populaire aux Philippines, au Laos et dans d'autres pays d'Asie du Sud-Est.

Ce qui est fait : Grâce à la demande des gastronomes nationaux, cette « collation » est également disponible aux États-Unis. Le marché Dekalb à Brooklyn a organisé son tout premier concours de mangeurs de balut cet été et le gagnant a abattu 18 embryons en 5 minutes.

Que manger à la place : Des œufs ordinaires (biologiques, sans cage, de préférence des œufs que mon fermier me les a vendus) vous donneront une dose de protéines sans le fœtus à plumes.

Dans quelle mesure votre vache est-elle bien traitée avant qu'elle ne se transforme en votre galette de hamburger ? Pas génial, pensez-vous, puisque vous savez à quel point les lois sont laxistes concernant les fermes industrielles. Mais à quel point cela peut-il être grave, vraiment? Très, selon le groupe de défense des droits des animaux Compassion Over Killing, qui a récemment publié une vidéo d'infiltration prise à Central Valley Meat Co., un abattoir californien qui fournit du bœuf au programme national de déjeuner scolaire de l'USDA, In-N-Out Burger, Costco, et McDonald's. Les travailleurs là-bas ont illégalement électrocuté les vaches à plusieurs reprises avec des aiguillons électriques, parfois jusqu'à 40 fois. Beaucoup de vaches là-bas sont mortes de mort lente et angoissante, et certaines capturées sur vidéo n'étaient même pas mortes lorsqu'elles sont arrivées au stade de l'abattage.

Ce qui est fait : Depuis la sortie de la vidéo, les sociétés susmentionnées ont rompu leurs liens avec Central Valley Meat Co. L'USDA a fermé l'usine pendant quelques jours pour remédier aux mauvaises manipulations, mais a ensuite poursuivi son contrat de programme de déjeuner avec la société, a rapporté Food Safety News.

Que manger à la place : Si vous aimez la viande, privilégiez les produits locaux et humains. Procurez-vous votre bœuf sur un marché fermier, où vous pouvez demander à l'agriculteur ses pratiques d'élevage, d'abattage et de mdash.

Vous voulez connaître le secret pour vaincre les envies de bacon au brunch ? Considérez d'où vient votre cochon. Même s'ils font partie des animaux les plus intelligents vivants, la plupart des porcs reproducteurs sont maintenus en gestation : de minuscules espaces d'environ 2 pieds de large dans lesquels les porcs ne peuvent même pas se retourner, selon la Humane Society. Ils restent refoulés la plupart de leur vie pour endurer une imprégnation constante.

Ce qui est fait : Les cages de gestation sont interdites en Suède et au Royaume-Uni aux États-Unis, elles sont interdites en Floride, en Oregon, dans le Maine et au Rhode Island, avec des plans d'élimination progressive dans plusieurs autres États. Les trois plus grandes chaînes de restauration rapide en Amérique&mdashMcDonald's, Burger King et Wendy's&mdash ont récemment annoncé qu'elles élimineraient progressivement la pratique pour les porcs. Plus récemment, Qdoba, Jack in the Box et Subway se sont engagés à éliminer les cages de gestation d'ici 2022.

Que manger à la place : Ce petit cochon est allé au marché&mdashthe Les agriculteurs marché. C'est le meilleur moyen d'apprendre ce qu'il advient de votre viande, de l'enclos à la côtelette de porc.


10 aliments interdits dans le monde

Cette infographie de Mercola vous montre les 10 principaux aliments interdits dans le monde, où ils sont interdits et pourquoi.

Nous avons également divisé les informations en sections plus petites afin que vous puissiez acquérir une compréhension claire. Vous découvrirez également des alternatives saines que vous pouvez remplacer. Nous vous recommandons également fortement de regarder la vidéo que nous avons incluse à la fin de notre article.


L'embarras du choix

Il est facile de comprendre pourquoi Eltsine a été si impressionné par son voyage au supermarché Randall. Aucun autre pays au monde ne met autant de types d'aliments différents à la disposition de ses citoyens.

Selon certaines estimations, il y a plus de 600 000 aliments différents disponibles dans les épiceries américaines ! (1)

Nous avons l'embarras du choix pour nous nourrir et nourrir nos familles. Mais de nombreux aliments disponibles dans votre épicerie locale pourraient-ils nuire à votre santé ?

De nombreux aliments vendus aux États-Unis sont interdits dans d'autres pays car ils contiennent des additifs nocifs, des hormones, des produits chimiques et d'autres ingrédients dangereux.

Les Américains d'aujourd'hui sont en moins bonne santé qu'ils ne l'étaient lorsque Eltsine a visité le supermarché Randall en septembre 1989.

Aujourd'hui, selon les National Institutes of Health, environ 2 adultes sur 3 sont considérés comme en surpoids ou obèses. Et un tiers des enfants et adolescents âgés de 6 à 19 ans sont en surpoids ou obèses.

  • En 2012, 29,1 millions d'Américains étaient diabétiques . Et 86 millions d'Américains de 20 ans et plus souffraient de prédiabète. [CDC]
  • À propos de 2 150 Américains meurent chaque jour d'une maladie cardiaque , un toutes les 40 secondes. [American Heart Association]
  • Le sodium est l'un des principaux contributeurs alimentaires aux maladies cardiaques. À propos de 90% des Américains mangent plus de sodium que ce qui est recommandé pour une alimentation saine . [Temps]
  • À peu près 70 millions d'Américains souffrent de maladies et d'inconfort digestifs comme les gaz, les ballonnements, la maladie de Crohn, le syndrome inflammatoire de l'intestin et la diverticulite. [NIDDKD]
  • En 2016, il y aura une estimation 1 685 210 nouveaux cas de cancer diagnostiqués et 595 690 décès par cancer aux États-Unis [American Cancer Society]

La santé se détériore en Amérique. Et parce que l'alimentation est sans doute le facteur n ° 1 de notre santé, vous devez vous demander dans quelle mesure les problèmes de santé actuels de l'Amérique sont causés par des aliments toxiques interdits dans d'autres pays.

Regardons 5 aliments choquants interdits dans le monde que des millions d'Américains mangent chaque jour.


5 aliments que nous mangeons en Amérique Qui sont interdits dans le monde

1. Saumon d'élevage

Le poisson est souvent considéré comme l'un des aliments les plus sains que vous puissiez manger. Mais la vérité est que la majorité du poisson disponible dans les épiceries et les restaurants est terriblement malsain. Prenez le saumon d'élevage, par exemple.

Le saumon d'élevage est beaucoup plus gras que le saumon sauvage et contient jusqu'à 50 pour cent moins d'oméga-3 et de protéines. Le saumon d'élevage a également des niveaux beaucoup plus élevés de PCB cancérigènes, de dioxines, de toxaphène, ainsi que de mercure.

Mais le plus effrayant, c'est ce qu'ils font au saumon d'élevage pour vous faire croire qu'il a l'air délicieux.

Le saumon sauvage est naturellement d'une appétissante couleur rouge rosé. Mais parce que le saumon d'élevage est nourri avec un régime de céréales non naturel et rempli d'antibiotiques, sa chair prend une teinte grise écœurante.

Les fabricants de produits alimentaires savent que vous n'achèteriez pas de poisson de la couleur d'un vieux journal humide, alors ils nourrissent ces poissons avec de l'astaxanthine synthétique fabriquée à partir de produits pétrochimiques, ce qui est interdit à la consommation humaine dans les pays du monde entier.

Où c'est interdit : Le saumon d'élevage nourri de produits pétrochimiques est interdit en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Russie.

2. Viande contaminée à la ractopamine

On estime que 80 pour cent des porcs d'élevage aux États-Unis sont nourris à la ractopamine, un médicament favorisant la croissance qui augmente le gain de poids et réduit la teneur globale en graisse de la viande. Il est également largement utilisé dans les élevages de bovins et de dindes.

La ractopamine permet aux agriculteurs d'engraisser leurs troupeaux avec moins de fourrage, ce qui leur permet d'économiser de l'argent. Mais tous les agriculteurs ne sont pas impressionnés par ce médicament puissant.

Bryan Karwal, un éleveur de porcs du sud-ouest de l'Iowa, avait déjà essayé la ractopamine mais ne l'utilise plus. "Je peux vous dire que cela change les cochons", a déclaré M. Karwal. "Cela les rend vraiment hyper — quand j'ai essayé de l'utiliser, une fois je suis entré dans une grange et mes cochons se tenaient tous les uns sur les autres dans un coin". [source : New York Times]

FOX News rapporte que la consommation de ractopamine a été liée à l'hyperactivité et aux problèmes cardiovasculaires chez l'homme. En raison de ces risques potentiels pour la santé, en février 2013, la Russie a interdit à long terme le porc et la viande rouge des États-Unis en raison de traces de ractopamine.

Où c'est interdit : Outre la Russie, l'Union européenne, la Chine et Taïwan font partie des nombreux pays qui ont interdit la viande d'animaux nourris à la ractopamine.

3. Olestra alias Olean

Olestra (parfois commercialisé sous le nom de marque « Olean »), créé par des scientifiques de Proctor & Gamble, est un substitut sans calories et sans cholestérol utilisé dans les collations sans gras. Ironiquement, dans une étude menée en 2011 par l'Université Purdue, des rats ont nourri des croustilles à base d'Oléan gagné poids!

Temps le magazine a nommé Olestra l'une des 50 pires inventions de tous les temps. Et pas étonnant.

Après avoir été approuvé par la FDA en 1996, Olestra est devenu (in) célèbre pour ses effets secondaires gastro-intestinaux négatifs, notamment des crampes, une diarrhée intense et des fuites anales huileuses. (2)

Où c'est interdit : Bien que le Royaume-Uni et le Canada aient interdit l'Olestra, il est toujours utilisé aujourd'hui aux États-Unis dans des aliments comme les croustilles sans gras, les frites et les croustilles de maïs.

4. Colorant alimentaire artificiel

Quel parent occupé (ou étudiant à court d'argent) n'a pas préparé une boîte de macaroni au fromage pour un dîner rapide ? Qui n'a pas pris une poignée de craquelins au fromage comme collation? Combien de fois avez-vous avalé une bouchée de Jell-O ?

Bon nombre des aliments les plus populaires sur les tablettes des épiceries contiennent des colorants artificiels comme le bleu n°1 et n°2, le jaune n°5 et n°6 et le rouge n°40.

Ces additifs ont suscité des inquiétudes dans le monde entier après que des recherches ont montré qu'ils pouvaient causer des problèmes de comportement, le cancer, des malformations congénitales et d'autres problèmes de santé.

Des pays comme la Norvège et l'Autriche ont rapidement interdit ces colorants artificiels, et l'Union européenne exige un avertissement sur les aliments contenant des colorants.

Alors, qu'ont fait les entreprises alimentaires américaines super riches pour s'assurer qu'elles ne perdent pas de ventes en Europe ? Ils sont passés de l'utilisation de colorants alimentaires artificiels dans leurs produits à des colorants alimentaires plus sûrs et entièrement naturels.

Si ces grandes entreprises sont prêtes à rendre leurs aliments plus sûrs pour les Européens, pourquoi ne pas faire de même pour leurs compatriotes américains ? (Indice : ce n'est pas aussi rentable.)

Où c'est interdit : Les colorants alimentaires artificiels sont interdits en Norvège et en Autriche, et les pays de l'Union européenne exigent un avertissement sur les aliments contenant ces ingrédients.

5. Azodicarbonamide

Selon la FDA, l'azodicarbonamide est « approuvé comme agent de blanchiment dans la farine de céréales » et est « autorisé pour l'ajout direct aux aliments destinés à la consommation humaine ».

Ce que la FDA ne mentionnera pas, c'est que ce produit chimique industriel est utilisé pour fabriquer des tapis de yoga, des tongs et des isolants en mousse, et a été lié à l'asthme et à d'autres maladies respiratoires. (3)

Pas étonnant que tant d'autres pays ne veulent rien avoir à faire avec l'azodicarbonamide.

Il a été interdit en Australie, au Royaume-Uni et dans la plupart des pays de l'Union européenne. À Singapour, si vous utilisiez de l'azodicarbonamide comme ingrédient alimentaire, vous vous exposeriez à une peine de 15 ans de prison et à une amende de 500 000 $.

En Amérique, cependant, vous trouverez de l'azodicarbonamide dans près de 500 aliments différents, notamment des pains chez Starbucks, McDonald's, Dunkin Donuts, Wendy's, Burger King et Arby's, des pizzas surgelées, des chips de bagel, des pains et pâtisseries de supermarché, des brioches à la cannelle et des centaines d'autres.

Où c'est interdit : L'azodicarbonamide est interdit en Australie, au Royaume-Uni et dans les pays d'Europe. Son utilisation comme ingrédient alimentaire à Singapour est passible de 15 ans de prison et d'une amende de 500 000 $.


5. Soufflé au chocolat

Le mot soufflé vient du verbe français « souffler » et, comme son nom l'indique, c'est un dessert léger et aéré. Le plat remonte au début du XVIIIe siècle et est aujourd'hui un incontournable des menus de desserts du monde entier. La croûte chocolatée croustillante est parfaite pour laisser suinter le chocolat crémeux pour une riche surprise. Cependant, il n'a pas besoin d'être sucré. En fait, les soufflés au fromage sont tout aussi délicieux si vous cherchez quelque chose d'un peu plus salé.

Faire votre propre

  • Faites un soufflé au chocolat chaud ou essayez une version sans farine et sans gluten
  • Soufflé au chocolat de Madame Le Figaro pour deux
  • Essayez un soufflé salé au cantal (recette française)

Faire votre propre

  • Recette rapide et facile en français
  • Essayez-le avec des champignons sauvages et des artichauts
  • Cette recette de flamiche utilise du poireau et de l'estragon
  • Essayez la pissaladière version sud de la France

16 Fugu

Ce poisson a le déplaisir distinct d'être appelé l'un des poissons les plus dangereux au monde. S'il est mal préparé et consommé, sa mort est certaine. Il est consommé au Japon et dans les restaurants d'inspiration japonaise du monde entier. Il contient de la tétrodotoxine, qui est 1 200 fois plus mortelle que le cyanure. Une pinte suffit pour que vous poussiez des marguerites. C'est pourquoi il est illégal de vendre ou de préparer du fugu aux États-Unis à moins d'avoir une licence. Les chefs qui préparent le fugu ont suivi au moins trois ans de formation rigoureuse. Les chefs réduisent la quantité de tétrodotoxine dans le fugu avant de le cuire. De nombreux autres pays comme le Japon réglementent également la vente, la préparation et la consommation de ce repas potentiellement mortel.


9 des plus anciennes recettes de cuisine de l'histoire encore en usage aujourd'hui

Source de l'image: Les Grands Cours

La nourriture est bien plus qu'une simple source de nourriture et de subsistance. Sa richesse colore la culture, l'histoire et même la littérature. Ses prouesses de fusion rassemblent les gens en communautés en créant un sentiment de familiarité et de fraternité. Certains pourraient aller jusqu'à dire que l'alimentation est l'une des forces majeures qui forgent une identité nationale. Il donne aux individus un sentiment d'appartenance qui est au cœur du nationalisme. Il sert de passe-temps, de passion, de métier et parfois même de refuge.

Il est intéressant de voir comment la préparation des aliments a évolué à travers l'histoire, de la viande rôtie de l'homme paléolithique cuite au feu ouvert dans des fosses peu profondes à l'art moderne de la gastronomie moléculaire. Certaines recettes anciennes, cependant, ont miraculeusement résisté à l'épreuve du temps et continuent d'être largement utilisées même à ce jour. Vous trouverez ci-dessous dix des plus anciennes recettes de cuisine (qui survivent encore dans leurs entités « modernes ») connues des historiens :

Noter: La liste se concentre sur les plus anciennes recettes durables qui sont plus complexes que du pain, du riz, de la viande rôtie au feu ou séchée au soleil, des nouilles ou des soupes. La plupart d'entre nous savent que le pain a été l'un des premiers aliments préparés par l'homme, il y a environ 30 000 ans. Bien qu'il existe de nombreuses recettes de pain plat, de pain au levain et d'autres qui sont plus compliquées que de simplement griller un mélange de gruau aplati sur le feu, elles appartiennent en grande partie à la catégorie des aliments de base, tout comme le riz, le kebab et les nouilles. Ici, nous nous intéressons davantage à des recettes spécifiques ou au moins à une famille de recettes qui utilisent des épices et des herbes pour rehausser la saveur et ont lentement évolué au fil du temps grâce aux progrès des technologies de cuisson.

1) Ragoût, vers 6000 avant JC –

Tout comme le curry, le ragoût est un beau gâchis de légumes, de viande, de volaille et d'une myriade d'autres ingrédients, cuits lentement à feu doux. La concoction alimentaire qui en résulte est une émeute de couleurs, de saveurs et d'arômes beaucoup plus sophistiqués que la vieille soupe ordinaire. Bien que l'eau soit le liquide de cuisson le plus couramment utilisé, certaines recettes nécessitent du vin et même de la bière. Alors que le curry se concentre davantage sur la création d'une profondeur de saveur en ajoutant différentes épices, les recettes de ragoût sont généralement simples et ne reposent que sur un assaisonnement de base. La pratique consistant à faire mijoter la viande dans des liquides sur le feu jusqu'à tendreté remonte à 7 000 à 8 000 ans, ce qui en fait l'une des plus anciennes recettes de cuisine au monde. Les découvertes archéologiques indiquent que de nombreuses tribus amazoniennes utilisaient les coquilles extérieures dures de gros mollusques comme ustensiles pour faire du ragoût. Pour préparer un plat scythe similaire (environ 8e au 4e siècles avant JC), a écrit le philosophe grec Hérodote, il faut :

… mettez la chair dans la panse d'un animal, mélangez-y de l'eau et faites-la bouillir ainsi sur le feu d'os. Les os brûlent très bien, et la panse contient facilement toute la viande une fois dépouillée. De cette façon, un bœuf, ou toute autre bête sacrificielle, est ingénieusement mis à bouillir.

L'Ancien Testament est riche de références à ce type de préparation alimentaire. Dans Genèse, par exemple, Esaü et son frère Jacob ont payé la dot qu'Isaac a contractée lorsqu'il a épousé Rebecca en offrant un pot de ragoût de viande. Il y a aussi plusieurs mentions de ragoûts à base de lentilles et de céréales. Apicius : De Re Coquinaria, le livre de cuisine romain existant du 4 e siècle av. J.-C. contient un certain nombre de recettes détaillées sur le poisson et les ragoûts d'agneau. La première mention de ragoût, un ragoût français, se trouve dans le livre du 14ème siècle par le chef Taillevent appelé Le Viandier.

Au XVIe siècle, les Aztèques pratiquaient une pratique horrible consistant à préparer des ragoûts avec de la vraie viande humaine et des piments, également connus sous le nom de tlacatlaolli – bien que si la concoction a été réellement consommée, c'est à débattre. Une trace écrite importante de cette pratique peut être vue dans un traité de 1629 par Hernando Ruiz de Alarcón. Pottage, sometimes referred to as a thick stew made with a variety of things like vegetables, meats, grains, and fish, has been continuously consumed all over Europe from the Neolithic Age. It was widely known as the poor man’s food, thanks to the easy availability of its ingredients.

2) Tamales, circa 5000 BC –

Soft parcels made from masa (a type of dough) and filled with fruits, meats, vegetables among other things, tamales are a popular Mesoamerican dish that has a long, enduring history. First prepared somewhere between circa 8,000 and 5,000 BC – thus boasting their legacy as one of the oldest food items, tamales were later widely consumed by Olmecs, Toltecs, Aztecs and later Mayas. Steamed gently inside corn husks or banana leaves, they were commonly used as portable edibles by travelers and soldiers back when preserving food for long duration was difficult.

Historically, the dough-based food was served at festivals and feasts, and usually contained a variety of fillings, including minced rabbit, turkey, frog, fish, flamingo, eggs, fruits, beans and so on. Many pottery fragments dating back to circa 200 – 1000 AD have been discovered in the region bearing the Classic Maya hieroglyph for tamales. Today, tamales are eaten all across Mexico, Central America, South America, the Caribbean, the United States and the even Philippines.

3) Pancakes, circa 3300 BC –

Around the world, pancakes are a quintessential breakfast food, often consumed with fruits, chocolate, syrup and a variety of other toppings. It refers to any flat, thin cake made from a starchy batter and cooked in a frying pan or griddle. Depending on the place of origin, pancakes can be very thin and crêpe-like (as in France, South Africa, Belgium among others), made from banana or plantain (like kabalagala in Uganda) and even fermented rice (such as dosa in South India). Tracing the history of pancakes, however, leads us back to Otzi the Iceman, who was alive sometime during circa 3,300 BC. His naturally-mummified corpse, the oldest in all of Europe, was discovered in 1991 in the Italian Alps.

Analysis of the body, according to historians, has uncovered a wealth of information about the Neolithic diet. At the 7 th meeting of the World Congress on Mummy Studies, researchers revealed that Otzi’s last meal likely consisted of alpine ibex and red deer meat, along with einkorn wheat pancakes. They argued that the traces of charcoal found in the 5,300-year-old man’s stomach, in turn, suggest that the food was cooked over open fire. In essence, the seemingly ubiquitous pancakes are one of the oldest food items known to us.

Pancakes were widely consumed by ancient Greeks, who called them tagenias ou alors teganites derived from the word tagenon (meaning ‘frying pan’). They were cooked on clay griddle over the open fire. In works of 5th-century BC poets Magnes and Cratinus, we find the earliest mention of these pancakes, which were made using wheat flour and olive oil and served with curdled milk or honey. Much like the modern version, tagenites were commonly eaten for breakfast.

The 3rd-century philosopher Athenaeus talked in his book Deipnosophistae of a similar food (known as statitites), featuring spelled flour and adorned with sesame, cheese or just honey. Ancient Romans enjoyed similar creations, which they called alia dulcia (meaning “other sweets” in Latin). Interestingly, the 4th-century Roman cookbook Apicius actually contains a detailed recipe for a pancake-like griddle cake, prepared from a mixture of egg, flour, and milk and drizzled with honey. The first use of the English word “pancake” quite possibly took place sometime during the 15th century.

4) Curry, circa 2600 – 2200 BC –

Image Source: Shahid Hussain Raja

Nothing is more quintessentially Indian than curry. Originating in the Indian subcontinent, this aromatic food is a medley of colors, spices, and herbs. Spices commonly used in curry include cumin, turmeric, pepper, coriander, garam masala and so on. Interestingly, curry powder is primarily a product of the West, first prepared in the 18 th century for officials of the British colonial government in India. They can be vegetarian (using lentils, rice or vegetables) or fish, poultry or meat-based. Ever since the recipe was brought to the United Kingdom some 200 years ago, curry has become one of the most recognized icons of British culture. According to the National Curry Week, such is the popularity of this dish that it is consumed regularly by over 23 million people across the globe.

Etymologists believe that “curry” originally came from kari, a word in Tamil that means sauce or gravy. The history of this preparation goes back more than 4,000 years to the Indus Valley civilization, where people often used stone mortar and pestle to finely grind spices such as fennel, mustard, cumin and others. In fact, excavations at Harappa and Mohenjodaro have unearthed pottery fragments with traces of turmeric and ginger, belonging to the period between 2600 – 2200 BC, thus making curry (or at least the predecessor to curry) one of the oldest food items in the world. As pointed out by historians, the curry was often eaten with rice, which was already being cultivated in the area.

Sumerian tablets that have survived also talk of a similar food recipe for meat in some kind of spicy gravy and served with bread, as early as 1700 BC. Le Apicius cookbook of the 4 th century AD contains many meat recipes that were cooked in a similar fashion, with the use of ingredients like coriander, vinegar, mint, cumin and so on. Authored in the 1390s, La forme de Cury is significant for possessing the earliest reference to the word “cury”, though it was taken from the French term “cuire” for cooking. With the arrival of the Portuguese in Goa in the 15th century as well as the Mughals in India in the early 16th century, the curry recipe underwent multiple revisions.

In a way, the dish’s evolution represents the many cultural influences that have colored the history of the Indian subcontinent. In case you are wondering, the oldest surviving curry recipe in English can be found in the 1747 book by Hannah Glasse called The Art of Cookery.

5) Cheesecake, circa 2000 BC –

Dessert lovers like us often find themselves dreaming about the rich and decadent cheesecake. This creamy and delicious food recipe usually features a thick, luscious layer of sweetened cheese and a buttery biscuit base or crust. While the all too famous American version requires cream cheese, which was invented only in 1872 by dairyman William Lawrence, cheesecakes were originally the brainchild of ancient Greeks, who used a simple mixture of honey, flour, and soft cheese to make a light, subtly-flavored cake often served at weddings and other festivities.

Archaeological excavations in the last century have uncovered broken pieces of cheese molds dating as far back as 2000 BC, thus making cheesecake one of the oldest food recipes. Some historians believe that the very first “cheesecakes” might have been prepared in the Samos, a Greek island that has been continuously inhabited for more than 5,000 years. In fact, the dessert was offered to the athletes participating in the first Olympic games of 776 BC. The earliest written mention of this recipe can be found in a 230 AD book by the ancient Greek author Athenaeus.

Following the Roman conquest of Greece in 146 BC the cheesecake recipe was adopted by the Romans and, turned into something even more delectable by the addition of eggs as well as crushed cheese. The baked food item, called savillum, was often flavored with lemon or orange zest, something that continues to be done even to this day. Historical records show that the oldest extant cheesecake recipe can be found in the pages of Marcus Cato’s De Agri Cultura. Later on, it made its way to Europe and, is rumored to have been one of Henry VIII’s favorite desserts.

6) Pilaf, circa 1000 – 500 BC –

Although the bread was one of the oldest food items man prepared nearly 30,000 years ago, the more complicated varieties like stuffed bread or pastry started appearing much later. By comparison, rice has a long history of being used in rich, flavorsome and more intricate preparations. Pilaf, for instance, is an ancient food recipe made by cooking rice, vegetables, and meat in a broth seasoned with a number of different spices and herbs. Common ingredients include chicken, pork, lamb, fish, seafood, carrots and so on. Called by different names, depending on the country of origin, pilaf is widely consumed across the Middle East, Central and South Asia, the Indian subcontinent, East Africa, the Balkans and so on.

Etymologically, “pilaf” comes from the Persian polow, while the term pulao (Indian version) has its roots in the Sanskrit word pulaka (meaning “ball of rice”). While the rice was first domesticated in China over 13,000 years ago and later in India, people of ancient Persia started cultivating it as a crop between 1,000 and 500 BC. This paved the way for the first pilaf recipe, which soon spread over other parts of the Middle East as well as Central Asia. In 328 BC, when Alexander the Great conquered the Sogdian city of Samarkand (now in Uzbekistan and Tajikistan), he actually feasted on pilaf. Soon, the recipe was taken over to Macedonia and then to different parts of Europe.

Around the same time, a similar rice preparation called pulao sprung in India. In fact, some of the earliest mentions of this dish can be traced back to the epic text of Mahabharata (as early as 400 BC) as well as certain ancient Sanskrit scriptures like Yajnavalkya Smriti (3rd to 5th century AD). The arrival of Muslims in India (as early as 7th century AD) further enriched one of the world’s oldest food recipe, with the addition of saffron and other aromatic spices. This is basically what is called biryani, a type of Mughlai preparation in which the rice, meat, and vegetables form distinct layers. The Spanish Paëlla is believed to have descended from the original pilaf recipe, as well.

7) Kheer, circa 400 BC –

For the uninitiated, kheer is a wonderfully rich and creamy milk-based dessert belonging to the Indian cuisine. Often served at festivals, wedding ceremonies and even temples, it is believed to be the predecessor of European rice pudding. In the Indian subcontinent, it is known by many names, including payasam, payesh, phirni, et fereni entre autres. En réalité, payasam actually comes from payasa meaning milk. Similarly, the word “kheer” is a modified form of the Sanskrit word ksheer for milk or kshirika (meaning a dish prepared with milk). Coming to its recipe, kheer is prepared by cooking rice, vermicelli or broken wheat in sweetened milk enriched with ghee and aromatic spices like cardamom and sometimes even saffron. For special occasions, it is sometimes garnished with cashews, almonds, and pistachios.

Some historians believe that kheer is one the world’s oldest food items, and was possibly one of the concoctions of ancient Ayurveda. The earliest mentions of this food recipe date as far back as 400 BC in the epic texts of Ramayana et Mahabharata. Firni (or fereni) is a close variant of kheer that was created by the people of ancient Persia. Unlike kheer, firni is made from roughly ground rice, which is then boiled in milk until completely mushy. Served cold, this dish is usually infused with cardamom, saffron, and rosewater. In fact, the Persians were the first to add rosewater into rice pudding something that was later adopted by Indians. In the 1999 book Oxford Companion to Food, Alan Davidson writes:

The Persian version of the food, sheer birinj, according to Kekmat…was originally the food of angels, first made in heaven when the Prophet Muhammad ascended to the 7th floor of Heaven to meet God and he was served this dish.

During the reign of the Cholas in Southern India (between 300 BC and 1279 AD), kheer was commonly offered as food to the gods at any kind of religious ceremony. Historical records show that payas, a version of kheer first made in the Indian state of Orissa has been a popular sweet dish in the city of Puri for the last 2,000 years or so. According to some experts, the Bengali payesh is an equally old recipe. In fact, it is believed that spiritual leader Chaitanya actually took with him a pot of gurer payesh (jaggery-sweetened payesh) on his trip to Puri in the 16th century.

Shola (ou alors sholleh) is a similar rice pudding that first appeared in the Middle East, Afghanistan and Iran, and was later taken to Persia by Mongolians in approximately the 13 th century AD. Although rice as a grain was known to Greeks as well as Romans and was often imported from Egypt, western Asia, and other places, the birth of modern-day rice pudding occurred only after rice was introduced as a cultivable crop in Europe sometime between the 8 th and the 10 th centuries. Baked rice pudding, flavored with nutmeg, was first made in the 16 th century and quickly began a popular sweet treat. The 1596 book The Good Huswifes Jewell by Thomas Dawson features one of the oldest food recipes of baked rice pudding and it goes as follows:

To make a Tart of Ryse… boil your rice, and put in the yolks of two or three Egges into the Rice, and when it is boiled put it into a dish and season it with sugar, cinnamon, ginger, butter, and the juice of two or three Oranges, and set it on the fire again.

8) Garum, circa 4th century BC –

Fish sauce is synonymous with East and Southeast Asian cuisines, especially places like Thailand, Vietnam, Laos, Myanmar, Cambodia, Korea and even Japan. As its name suggests, fish sauce is prepared by fermenting fresh or dried fish with large amounts of sea salt. Anchovies are one of the most common types of fish used to makes Asian fish sauces. There is a multitude of regional varieties, each featuring different sets of ingredients as well as distinctly-unique tastes. In addition to being used as a condiment, fish sauce is often mixed with herbs and spices and turned into dipping sauces. In fact, written records confirm that sauces made from fermented fish have been in use in certain parts of China for the last 2,000 years or so.

One thing that has long puzzled historians is that the origins of fish sauce took root not in Asia, but actually in Europe. Between the 3 rd and 4 th century BC, ancient Greeks started to make a fish sauce preparation known as garum, which was later adopted by Romans and even Byzantines. Named after an ancient type of fish garos by Roman naturalist Pliny the Elder, this condiment was made by combining fish innards and blood with salt and letting it ferment until it releases a pungent smelling liquid. Like modern-day soy sauce or ketchup, this curiously concocted food item was added to dishes at the end of cooking.

With the arrival of Romans, a slightly different version of the garum, called liquamen, came into use. According to some historians, it differs from garum in that it was made by fermenting an entire fish and not just the insides. In that respect, it can be considered a predecessor of present-day Southeast Asian fish sauce. By 4th century AD, liquamen became extremely popular across the ancient Roman Empire, often taking the place of salt in recipes. Le Apicius cookbook, for instance, contains several food recipes that require liquamen or garum for enhancing the flavor. Claudio Giardino, an archaeologist from Italy, stated:

According [to] the Roman writers, a good bottle of garum could cost something like $500 of today. But you can also have garum for slaves that is extremely cheap. So it is exactly like wine.

Archaeologists have discovered remnants of huge garum factories along coastal regions in Spain, Portugal and even the northern parts of Africa. In fact, jars containing garum remains in few of these factories actually helped researchers determine the date of the eruption of Mount Vesuvius and the consequent destruction of Pompeii. A modern version of garum, made from anchovies and currently in use in Italy, is Colatura di alic.

9) Isicia Omentata, circa 4th century AD –

Burgers are emblematic of the modern fast food phenomenon. Sandwiched between two soft slices of the bun and embellished with cheese, bacon, lettuce, tomato, onion, mayonnaise and even pickles, this sumptuous meat patty is loved unanimously across the globe, ever since it was introduced in the United States in the 1900s. It was widely popularized by street vendors and was one of the first American fast food items. Although the origins of this iconic recipe remain murky to this day, some historians believe that it can be traced back to isicia omentata, an ancient Roman beef preparation that dates back to the circa early 4th century AD – thus potentially being one of the oldest food items in the world.

The 1,500-year-old food recipe, which has survived in the extant ancient Roman cookbook Apicius: De Re Coquinaria, involved mixing the minced meat, condiments, pine nuts, white wine, and the famous Garum fish sauce, and cooking the resultant patties over an open fire. Speaking about the dish, UK-based food historian Dr. Annie Gray said:

We all know that the Romans left a huge mark on Britain, fundamentally altering the British diet forever. Street food became available en masse, and many of our favorite foods were introduced, including Isicia Omentata, what can be seen as the Roman forefather to today’s burger. This ‘burger’ was decidedly more upmarket than many of today’s offerings and is richer and more complex than the plain beef version most common today.

And in case we have not attributed or misattributed any image, artwork or photograph, we apologize in advance. Please let us know via the ‘Contact Us’ link, provided both above the top bar and at the bottom bar of the page.


How Food Companies Exploit Americans with Ingredients Banned in Other Countries

Thoughts of outrage, unfairness, disbelief, and ultimately grief consumed me while I was doing this investigation. A list of ingredients that are banned across the globe but still allowed for use here in the American food supply recently made news. While I have written about some of those ingredients before, this list inspired me to look a little deeper and find out how pervasive this issue is for us. Could these banned ingredients be contributing to the higher mortality and disease rates here in the U.S.?

The health of Americans is downright grim according to a report just released by the Institute of Medicine and the National Research Council. It declares “Americans are sicker and die younger than other people in wealthy nations.” The United States spends 2.5 times more on health care than any other nation, however, when compared with 16 other nations we come in dead last in terms of health and life expectancy for men and near the bottom for women.

Here is the breakdown for you:

  • More than two thirds of United States citizens are overweight – 33% being obese.
  • 32% of children are either obese or overweight.
  • 43% of Americans are projected to be obese in 10 years.
  • After smoking, obesity is America’s biggest cause of premature death and is linked to 70% of heart disease and 80% of diabetes cases.
  • Et 41% of Americans are projected to get cancer in their lifetime!

These reports and statistics scream the word HELP!
Recently, I spent some time down in Mississippi volunteering in the most obese county in the nation. I found that while social and economic factors do play a part in this epidemic, the main culprit was the lack of nutrition education. The victims of obesity are likely the same victims of systematic brainwashing from Big Food marketers, relying on diet soda, low fat products, or looking only at calories on product labels. Basically, they are doing what the food industry has been teaching them about losing weight versus finding out the truth about real food.

And that’s the problem – the food industry is the one leading our conversation in this country about food and nutrition, educating the mass public about what to eat and what not to eat. Coca-Cola recently even went as far as creating a special campaign to combat obesity – yes you read that right – a sugar filled soda company trying to stop obesity. (You can read my reaction to that here).

Unfortunately, the doctors in this country are not exactly leading the discussion either, since nutrition is not currently a focus in medical school. Et the government has their hands tied by big food industry and chemical company lobbyists that basically control what the FDA approves, deems safe for human consumption, and our overall food policy.
So who is going to finally tell us the truth about our food?

The food industry does not want us to pay attention to the ingredients nor do they care about the negative effects from eating them. They certainly don’t care about the astronomical medical bills that are a direct result of us eating the inferior food they are creating.

The HELP we need starts here. We as a collective nation must stop this trajectory of sickness and rising health care costs, by understanding the ingredients we are putting into our bodies. We must challenge the U.S. food industry to discontinue the use of banned ingredients that are not allowed elsewhere in the world. We deserve to have the same quality food without potential toxins.

Food is medicine, and plain and simple, if our food is sick (filled with GMO’s, chemicals, additives, artificial ingredients, and/or carcinogens), collectively we as a country are going to continue to be sick.

Using banned ingredients that other countries have determined unsafe for human consumption has become a pandemic in this country. To prove this point, I found the best and easiest place to look for evidence was just across “the pond” in the United Kingdom, where they enjoy some of the same types of products we do – but with totally different ingredient lists.
It is appalling to witness the examples I am about to share with you. The U.S. food corporations are unnecessarily feeding us chemicals – while leaving out almost all questionable ingredients in our friends’ products overseas. The point is the food industry has already formulated safer, better products, but they are voluntarily only selling inferior versions of these products here in America. The evidence of this runs the gamut from fast food places to boxed cake mix to cereal to candy and even oatmeal – you can’t escape it.

Some of the key American brands that are participating in this deception are McDonald’s, Pringles (owned by Kellogg’s), Pizza Hut and Quaker (owned by Pepsi), Betty Crocker (owned by General Mills), Starburst (owned by M&M/Mars), and Ritz Crackers (owned by Kraft). In the examples below, red text indicates potentially harmful ingredients and/or ingredients likely to contain GMOs.

Having a pre-made box of flour, baking soda and sugar all ready to go saves time for some people when it comes to making a cake, but does saving time have to come at the expense of chemically derived and potentially toxic ingredients?
The United States version of Betty Crocker Red Velvet cake not only has artificial colors linked to hyperactivity in children, food cravings, and obesity, but it also has partially hydrogenated oils (a.k.a. trans fat). Trans fat has been shown to be deadly even in small amounts. “Previous trials have linked even a 40-calorie-per-day increase in trans fat intake to a 23% higher risk of heart disease.” This could easily be the amount of trans fat in one serving of Betty Crocker icing alone.

Sodium benzoate is an ingredient that Coca-Cola actually removed in their Diet Coke product overseas, but you’ll still find it in their product Sprite, cake mixes and loads of other products across the USA. The Mayo Clinic reported that this preservative increases hyperactivity in children. Also, when sodium benzoate combines with ascorbic acid (vitamin C), it can form benzene, a carcinogen that damages DNA in cells and accelerates aging.

Fast Food giants like McDonald’s and Pizza Hut are just as guilty as General Mills’ Betty Crocker.
Look closely at the ingredients in McDonald’s french fries above. Do you see how the french fries in the U.K. version are basically just potatoes, vegetable oil, a little sugar and salt? How can McDonald’s make french fries with such an uncomplicated list of ingredients all over Europe, but not over here? Why do McDonald’s french fries in the U.S. have to have TBHQ, trans fat and “anti-foaming” agents? Correct me if I’m wrong, but the last time I checked – I didn’t think Americans liked foam with their fries either!
The anti-foaming agent – dimethylpolysiloxane – is a type of silicone used in caulks and sealants and as a filler for breast implants. It’s also the key ingredient in silly putty.
Thanks FDA for allowing companies to put silly putty in our french fries. Seriously – this is out of control.


McDonalds Strawberry Sauce in the United States includes high fructose corn syrup, red #40 and sodium benzoate, while the citizens of the U.K. get off scot-free. Instead, they get 37% real strawberries in their product and no additional flavoring or harmful preservatives.

Pizza Hut does a huge disservice to us (and their workers) by using Azodicarbonamide in their garlic cheese bread. This ingredient is banned as a food additive in the U.K., Europe, and Australia, and if you get caught using it in Singapore you can get up to 15 years in prison and be fined $450,000. The U.K. has recognized this ingredient as a potential cause of asthma if inhaled, and advises against its use in people who have sensitivity to food dye allergies and other common allergies in food, because azodicarbonamide can exacerbate the symptoms. However, Pizza Hut and many other fast food chains like Subway and Starbucks use this ingredient in their U.S. bread products.

Natural and artificial flavors and hidden MSG (in the form of autolyzed yeast extract, in this case) are commonly found throughout products in America but not elsewhere. Junk food companies intentionally add this combination of ingredients to create sensory overload by exciting your brain cells to remember the food you are eating and make less nutritious ingredients taste better to you.
I’m not saying that the food industry has completely eliminated these same tricks abroad – but when you look at the U.K. version of garlic cheese bread, the ingredients look pretty basic. Many of the ingredients you could use at home to make garlic bread. I’ve never found TBHQ in the baking aisle at the grocery store, have you? TBHQ, by the way, is a preservative derived from petroleum and used in perfumes, resins, varnishes and oil field chemicals. Laboratory studies have linked TBHQ to stomach tumors. This preservative is also used by Chick-Fil-A in their famous chicken sandwiches.

Reviewing the ingredients in Pringles really got me worked up… ever wonder why you can’t stop eating chips after having just one? MSG is the culprit – and in the U.S. version of Pringles, it’s added twice! Once in its known name and again in a hidden source, called “yeast extract.”

This begs the question “Why are Americans so addicted to processed food?!” The food industry has designed it that way on purpose to line their pockets with profits, at the expense of our health.

The U.K. Ritz Crackers ingredient list resembles items that you’d find in every household around the country – but the United States version goes the extra mile to include trans fat, HFCS and natural flavor. Natural flavor can be also be a hidden form of MSG, which, again, is an additive that will likely make you eat more than you would otherwise.

In the United States, Quaker Oats has several different flavors of oatmeal that contain different fruit flavored, artificially dyed pieces of dehydrated apple but that don’t actually contain any of the fruit shown on the package. But in the U.K. – they don’t even attempt to sell that garbage. They instead have a product called “Oats so Simple” that actually has REAL strawberries in it – light years ahead of our version that includes trans fat, artificial food coloring, and artificial flavors.

There’s only one difference in Rice Krispies between the U.S. and U.K. version – but it’s a big difference. It’s one ingredient that is banned virtually in every other country, except here in the United States. That ingredient is called BHT (butylated hydroxytoluene) or BHA (butylated hydroxyanisole) and is a very common preservative used rampantly throughout packaged food in the U.S.

Test studies published by the IPCS (International Program for Chemical Safety) “show tissue inflammation, enlargement, and/or growths in 100%, and cancer in 35% of [animal] subjects” as reported in this article. How can the U.S. allow this chemical in our food – much less in cereal aimed and targeted at our kids?

And speaking of targeting our kids – food companies have found a way to naturally color candy all over Europe, but our candy here is still full of artificial substances made from petroleum and GMO sugar. Looking at the ingredients in Starburst Fruit Chews provides a great example of this disgrace.

I saved the most startling fact for last. One very cautionary set of ingredients that are included in almost all of the American products but not the U.K. products are GMO’s, in the form of either corn or soy.

There have been no long term human studies on GMOs and preliminary studies on animals show horrific consequences. For instance, a study showed GMOs caused toxic and allergic reactions, sick, sterile, and dead livestock, and damage to virtually every organ studied in lab animals. Another study revealed that female rats fed GMO soy for 15 months showed significant health issues in their uterus and reproductive cycle, compared to rats fed organic soy or those raised without soy. A 2009 French Study concluded that Glyphosate (used on GMO soy) can kill the cells in the outer layer of the human placenta, the organ that connects the mother to her fetus, providing nutrients and oxygen and emptying waste products. A Russian study conducted on hamsters that were fed GMO soy diets for two years over three generations found that by the third generation, most of the hamsters lost the ability to have babies, showed slower growth, and suffered a higher mortality rate.

In the U.K. food companies are required by law to list if a certain ingredient is derived from a genetically modified or genetically engineered material on the label. Out of all the products I researched, I couldn’t find one product with this label. (See example from GMO-Compass and BBC above of what it would look like if I did.)

This was very telling considering that not only have food companies taken out all sorts of hazardous chemical ingredients abroad – but they also have willingly reformulated their products without GMOs.


Cauliflower Pasta with Pecorino, Grated Egg, and Pine Nuts

Recettes que vous voulez faire. Des conseils de cuisine qui fonctionnent. Recommandations de restaurants en qui vous avez confiance.

© 2021 Condé Nast. Tous les droits sont réservés. L'utilisation de ce site constitue l'acceptation de notre accord d'utilisation et de notre politique de confidentialité, de notre déclaration sur les cookies et de vos droits de confidentialité en Californie. Bon appétit peut gagner une partie des ventes de produits achetés sur notre site dans le cadre de nos partenariats d'affiliation avec des détaillants. Le matériel de ce site ne peut être reproduit, distribué, transmis, mis en cache ou utilisé d'une autre manière, sauf avec l'autorisation écrite préalable de Condé Nast. Choix d'annonces


Voir la vidéo: 10 Aliments à éviter Pour Obtenir le Ventre Plat Dont tu as Toujours Rêvé (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Mazunos

    Le blog est tout simplement super, tout le monde serait comme ça!

  2. Johan

    Alors ce n'est tout simplement pas ça

  3. Sherman

    Désolé d'intervenir, mais je suggère d'aller dans l'autre sens.



Écrire un message