Nouvelles recettes

Pizza traditionnelle

Pizza traditionnelle

Dans un bol, frottez la levure avec le sucre, 1 à 2 cuillères à soupe de farine et un peu d'eau tiède. Laissez la mayo se réchauffer.

Tamisez environ 400g de farine dans un bol, et au milieu mettez la mayonnaise, l'oeuf, l'huile, 150ml d'eau et le sel. Bien pétrir une pâte molle adaptée. Laisser reposer la pâte quelques minutes.

Étaler la pâte jusqu'à obtenir un rectangle de la taille de la plaque de cuisson. Piquer la pâte d'un endroit à l'autre avec une fourchette et la graisser de sauce tomate.

Placer le salami, le jambon pressé, les saucisses, les champignons, les olives, et enfin saupoudrer de fromage. A la fin, assaisonner au goût.

Cuire la pizza pendant 20-25 minutes, sur la bonne chaleur.


Comme il avait l'habitude de dire, traditionnellement en Transylvanie, le drôle est rempli de magie de la prune, ou silvoita, comme on l'appelle ailleurs. Les 3 garnitures traditionnelles pour rigoler, sont :

En option, la chose amusante peut être faite avec un mélange de prune magiun avec des noix moulues, du fromage doux ou avec des noix mélangées à des blancs d'œufs battus.

2. Magiun aux noix moulues

Pour faire cette garniture, à 1/2 kg de noix ajoutez 2-4 cuillères à soupe de sucre et 2 blancs d'œufs battus. Pas plus.

3. Fromage doux avec œuf

C'est identique à la garniture traditionnelle aux crêpes, si vous avez mangé celles avec du fromage doux. À 1/2 kg de fromage cottage sucré, ajoutez un œuf, 1 sachet de sucre vanillé et 2-3 cuillères à soupe de sucre, au goût. Dans cette recette amusante, qui appartient à votre mère, vous verrez comment les trois garnitures sont faites.


  • 450 g de ricotta (ou de fromage cottage doux)
  • 90 g de sucre
  • 2 oeufs
  • une pincée de sel
  • 1 cuillère à café d'extrait / essence de vanille ou de sucre vanillé
  • 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre
  • 300-330g de farine

Si vous vous retrouvez dans le goût des recettes de ce blog, je vous attends tous les jours sur la page Facebook. Vous y trouverez de nombreuses recettes mises en ligne, de nouvelles idées et des discussions avec les personnes intéressées.

* Vous pouvez également vous inscrire Groupe de recettes de toutes sortes. Là, vous pourrez télécharger vos photos avec des plats essayés et testés de ce blog. Nous pourrons discuter des menus, des recettes de cuisine et bien plus encore. Cependant, je vous exhorte à suivre les règles du groupe !

Vous pouvez également nous suivre sur Instagram et Pinterest, du même nom « Recettes en tout genre ».


Chateaubriand

L'histoire raconte qu'au temps de Napoléon, le chef Montmireil créa un plat spécial pour l'écrivain et homme d'État François-René de Chateaubriand. Il a pris un morceau de bœuf de la laitue, juste en dessous du filet de bœuf, l'a recouvert de beurre, l'a roulé avec du poivre noir et l'a grillé. Cette coupe, désormais synonyme de recette, est un steak épais (environ 1 1/4 à 1 1/2 pouces d'épaisseur), assez gros pour servir au moins deux personnes.

Chateaubriand et l'art du retournement

Traditionnellement, Chateaubriand est rarement servi, en fait très rarement. De nos jours, il n'est pas si courant de servir une pièce de bœuf aussi rare, c'est pourquoi Chateaubriand est l'assiette parfaite pour une méthode de cuisson dite inversée. La réversibilité commence par râper la viande à basse température, la chauffer au milieu et bloquer la viande à l'intérieur. Il est ensuite passé à haute température pour repasser ou caraméliser davantage l'extérieur. Cette méthode permet à la viande maigre et délicate d'être cuite au goût désiré sans être séchée.

Comment déguster Chateaubriand

Commencez avec une grosse crème de 1 à 2 livres, avec une épaisseur d'au moins 1 1/4 pouces. Verser l'huile des deux côtés et assaisonner légèrement de sel et de poivre.

Si vous utilisez un gril à gaz, tournez un côté au réglage le plus élevé possible et l'autre à une température basse. Pour un gril au charbon de bois, du charbon de bois suffisamment léger pour couvrir la moitié du gril, en laissant l'autre côté vide.

Placez la cuillère à boeuf sur le fond de la température et fermez le couvercle.

Pour une rareté moyenne, laissez cuire le biscuit pendant 5 minutes. Pour les moyennes et plus, laissez-le pendant environ 7 minutes avant d'ouvrir le couvercle et de retourner la viande, en la laissant dans la zone de basse température. Après encore 5 à 7 minutes, il est temps de le placer à feu direct et élevé.

À ce stade, les bonbons doivent être dorés des deux côtés et à travers leurs bords, avec peu ou pas de marques de gril. Laissez la viande sur le gril à haute température, couvercle fermé pendant deux à trois minutes, selon la chaleur du gril, puis vérifiez. Maintenant, il devrait y avoir des traces de gril foncé et une couleur brun-brun foncé sur le côté cuit. Sinon, continuez à griller jusqu'à ce qu'ils soient évidents. Une fois cet aspect apparu, retournez la viande et continuez de l'autre côté.

Une fois terminé sur le gril, déplacez la viande sur une planche à découper, couvrez et laissez reposer 5 à 10 minutes.

Au service de Chateaubriand

Voir la recette du Chateaubriand traditionnel. Pour faire la garniture, faites fondre 2 cuillères à soupe de beurre avec 2 cuillères à soupe d'huile d'olive dans une poêle lourde et chaude. Ajouter un gros oignon finement haché avec 1/2 tasse de vin blanc, 1/2 tasse de demi-glace et 1 cuillère à soupe d'estragon frais (2 cuillères à café sèches). Mélanger et chauffer jusqu'à épaississement dans une chaussette légère.

Lorsque la viande a reposé, coupez-la en fines lamelles contre les céréales et servez avec la sauce. Ce plat est un plat traditionnel, qui est des chips de pommes de terre. Ces petites pommes de terre sont frites dans une poêle épaisse, recouverte de beurre. Ce n'est pas une recette de régime, mais cela vaut les calories supplémentaires.

Bien sûr, le steak de bœuf est l'une des pièces les plus chères, mais si vous voulez faire un repas pour impressionner, il est bon de choisir. N'oubliez pas que Chateaubriand est une recette et non un morceau de viande. Cette recette a été adaptée par un grand nombre de chefs pour utiliser presque tout, du poisson aux artichauts.


Contenu

En termes d'intérêt pour le rapport entre nourriture et identité, il a pris forme dans le monde universitaire au cours des années 1970 et 1980 lorsque, enfin, les études sur le rôle de l'alimentation dans l'histoire et dans le développement de l'humanité ont reçu « le droit de citoyenneté ». Les sujets liés à tout ce qui touche à l'alimentation, à la nutrition ou à la gastronomie avaient généralement été considérés comme ridicules et sans valeur. Le besoin de développer le concept d'identité culinaire régionale ou territoriale n'est pas seulement né de la peur de perdre des repères identitaires. Les discussions sur ce qui caractérise l'identité culinaire d'une cuisine régionale, d'un groupe ethnique ou d'une nation se terminent souvent par une vive controverse, car un aliment considéré comme spécifique est généralement revendiqué par d'autres ou utilise des ingrédients ou des procédés. prêter. [1] L'histoire de la nourriture montre comment l'évolution des techniques d'obtention et de production de nourriture a influencé toute la civilisation. Les formes de structuration sociale des individus sont nées de leurs besoins d'organisation pour se nourrir.La politique et la guerre sont apparues dans le processus de recherche, de gestion et de distribution des ressources alimentaires. Tout au long de son histoire, l'humanité n'a connu que quelques moyens essentiels de se nourrir. La première étape était la chasse et la cueillette, et est caractéristique du Paléolithique. La deuxième étape s'est développée au néolithique et concernait principalement l'agriculture, la culture des plantes et l'élevage. En principe, cela dure encore aujourd'hui, mais avec l'avènement de l'industrie, au cours des deux cents dernières années, l'agriculture traditionnelle a été de plus en plus remplacée par les industries et technologies alimentaires modernes, qui fournissent actuellement la majeure partie de la nourriture, sur le plan mondial. Souvent, les gens d'aujourd'hui, de plus en plus pressés et occupés, ne participent même pas à la préparation des aliments, car ils mangent de plus en plus dans la rue (street food), dans des fast-foods ou, au mieux, dans d'autres types de bars, restaurants ou cantines. Pour de telles raisons, la production alimentaire n'est plus une condition de survie, comme elle l'a été dans presque toute l'histoire de l'humanité jusqu'à maintenant. Il y a, bien sûr, des exceptions, des personnes qui produisent encore leur propre nourriture. Ils vivent généralement dans les régions sous-développées du monde, mais aussi dans de nombreux villages de Roumanie, où existent encore des fermes de subsistance. [2] Au sein des caractéristiques qui définissent l'identité ethnique, en plus de la langue, de la culture, de la religion, des croyances, une plus grande attention a récemment été accordée à une gastronomie spécifique. En effet, l'alimentation a toujours été un repère identitaire important tant au niveau individuel qu'au niveau de la classe, du groupe ou de la nation. Dans les approches sociologiques, ethnogéographiques, historiques et anthropologiques, l'accent est mis sur l'identité culinaire comprise notamment comme un ensemble de choix, de préférences, d'habitudes de consommation transmis au sein d'une société, comme une expérience culturelle déterminante pour les valeurs et les traditions d'un peuple, une produit de l'histoire modifié selon les circonstances spatio-temporelles. L'acte de se nourrir, en plus d'être indispensable à tous les êtres, étant générateur d'énergie vitale, dans le cas de l'homme reflète toujours des valeurs identitaires. Celles-ci peuvent renvoyer à l'identité économique (allant de l'extrême pauvreté de ceux qui mangent de l'écorce ou des racines à l'opulence des plats polis à la feuille d'or), à l'identité sociale (marquer l'appartenance à une certaine classe, se positionner sur une certaine étape de échelle), l'identité ethnique (manifestée notamment au moment de la dislocation et de la relocalisation d'une ethnie au sein d'une autre), l'identité culturelle (faisant référence à tout un ensemble de valeurs culturelles et de civilisation - attrapées par exemple par les Japonais dans une simple tasse de thé), identité religieuse (chaque religion imposant un ensemble de tabous, restrictions et règles alimentaires définissant), identité idéologique (ceux qui adoptent un régime bio, végétarien, lacto-végétarien ou vegan cru, fast food ou slow food adoptent souvent et une mode de vie et de pensée) ou identité spirituelle (en cas d'affinité avec un animal totem). [3]

Étant donné que les occupations de base des habitants de la Roumanie ont été, depuis l'Antiquité, l'agriculture, l'élevage et la chasse. Le relief de la Roumanie étant richement représenté par des zones de prairies, de plaines, de collines et intracolinéaires ainsi que de nombreuses hauteurs montagneuses, le développement des cultures agricoles et fruitières a offert la possibilité de développer une riche tradition culinaire, basée sur la transformation des céréales, des légumes et des fruits. La richesse des prairies de fauche réparties sur les crêtes des collines et au pied des montagnes offrait de grandes possibilités d'élevage. Ainsi, la cuisine roumaine bénéficie d'une large gamme de produits carnés, lait, produits laitiers, produits laitiers, spécifiques par le goût, les saveurs utilisées ainsi que par les techniques d'élaboration. La richesse du gibier répandu dans les forêts roumaines a apporté avec elle la science de la préparation du gibier dans divers plats et préparations.

A travers le croisement des cultures, la cuisine roumaine a été influencée par la cuisine balkanique, allemande, serbe, italienne, turque, hongroise, mais pas seulement, sachant que la diversité des goûts et le raffinement des plats du monde entier sont appréciés des grands connaisseurs. des traditions des peuples.

De par sa formation daco-romaine, la culture gastronomique du peuple roumain a hérité de nombreuses habitudes culinaires : des Romains vient la tarte, mot qui a conservé le sens originel du terme latin placenta, les Turcs ont apporté de la soupe aux boulettes de viande, les Grecs musaca, des Bulgares il existe une grande variété de plats de légumes, tels que la zacusca, et les escalopes viennent des Autrichiens.

L'un des plats roumains typiques est la polenta. Il s'agit d'un ragoût de farine de maïs avec du sel et peut parfois avoir des ajouts de lactosérum, de beurre, de fromage, selon la préparation finale obtenue. Il était souvent utilisé dans l'alimentation des agriculteurs et des éleveurs et remplaçait le pain, qui dans la période historique préindustrielle était obtenu dans le ménage par transformation manuelle. Le porc est souvent utilisé dans la cuisine roumaine, mais le bœuf, le poulet, le mouton ou l'agneau sont également consommés, ainsi que la viande de gibier.

Les fêtes ordonnées par l'Église ont apporté une contribution particulière à la culture gastronomique roumaine, apportant une gamme très riche de plats de fête. Les plats tels que les saucisses, les caltabos, le piftia, le cozonac, le sarmalele sont spécifiques aux vacances. Les repas principaux sont le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner.

Le petit-déjeuner peut être composé de produits laitiers : lait, fromage, yaourt, fromages frais ou fermentés, céréales ou pain produits carnés : salami, jambon, bacon œufs durs, omelette, steaks ou en combinaisons diverses avec des légumes et de la viande, des fruits frais ou des préparations en sous forme de confitures ou marmelades. Pour les personnes qui travaillent tard après 17 heures, le petit-déjeuner doit être plus copieux, abandonnant souvent le déjeuner qui peut être remplacé par une collation. L'action bénéfique des légumes et des fruits s'explique par la grande diversité des substances synthétisées, avec des effets dans la plupart des troubles nutritionnels. Les légumes sont un cocktail de milliers de substances, dont beaucoup sont très actives, par exemple, ils contiennent des glucosilonates (présents dans le chou, le cresson, etc.) ayant un effet protecteur contre certains cancers digestifs. L'ail a une forte action thérapeutique car il stimule la fonction immunitaire, réduit le cholestérol, est antidépresseur, stimule la mémoire et est anti-inflammatoire. [4]

Le déjeuner ordinaire se compose de trois plats : soupe ou bouillon, viande et légumes, ou uniquement des légumes spécialement pour les jours de jeûne, ou salades de légumes, viande deux plats composés de légumes, ou légumes et viande de différentes manières cuisson, sauces, plats, steaks, etc. type trois, dessert, composé de gâteaux, tartes, fruits, tartes ou préparations à base de pâte et de fruits. Pour les jours fériés, les dimanches ou les fêtes chrétiennes, des entrées telles que des salades de légumes ou de viande accompagnées de sauces diverses, des saucisses, des tourtes à la viande, des fromages ou des fromages, des tartes, des collations, des tartes, sont ajoutés au déjeuner. ajouter un dessert plus riche, comme des gâteaux, gâteaux, tartes, fromages aux fruits. Pour les enfants qui grandissent (2-8 ans), les adolescents (15-18 ans) et les personnes âgées (66 ans et plus) le contenu des repas pendant la journée est complété par une collation à 10 heures, composée d'un verre de lait, d'un petit yaourt, un verre de jus de fruits, un fruit ou une tranche de pain avec de la viande ou du fromage, et ajoutez une autre collation à 17h00 composée d'un thé ou d'un verre de lait, 1-2 tranches de pain avec du beurre, de la confiture, avec préparations légères de pâte, de lait, de viande ou de fruits. Pour les chrétiens qui adhèrent au jeûne religieux, une attention particulière doit être portée à l'apport quotidien de calories et de vitamines, lié au travail effectué et une attention particulière à avancer dans la patience et la retenue, accompagnées d'un avis médical. La cuisine roumaine propose une gamme riche et variée de plats et de produits de jeûne.

Le dîner a la même composition que le déjeuner, mais les aliments dont la digestion demande un long effort pour l'estomac, comme ceux préparés avec de la mayonnaise, des œufs ou du caviar, sont généralement exclus.

Il n'y a pas d'événement important dans la vie humaine qui ne soit célébré par un repas de fête : baptême, fiançailles, mariage, enterrement, anniversaires ou fêtes, fêtes religieuses. Les funérailles sont aussi l'occasion de retrouvailles sociales, la nourriture étant un élément indispensable de ces cérémonies (consommée lors du festin rituel préparé par les proches de la mémoire du défunt ou régulièrement offert sous forme d'aumône). La présence de toute la communauté est nécessaire pour assurer l'agrégation du défunt dans l'autre monde, mais aussi pour rétablir l'équilibre provoqué par la rupture ontologique. Or, l'unicité et la spécificité d'un produit consistent dans la manière dont les ingrédients et les techniques de transformation, même identiques pour plusieurs sortes, sont recombinés, transfigurés, passés au filtre de la sensibilité et de la culture, pour créer autre chose, quelque chose qui résonne mieux avec le cadre identitaire dans lequel elle est née, Virginia Petrică donne l'exemple du cas des petits et minutieux sarmăluites moldaves, par rapport à ceux de Transylvanie, de dimensions pantagruelles. [5] D'après Mihai Lupescu l'endroit où les villageois cuisinent, fabriquent, préparent, préparent ou cuisent leur nourriture, en hiver c'est la maison où ils s'assoient et dorment, et en été dans différents endroits à l'extérieur, ils n'ont pas un certain endroit, une pièce, pour le cuisine, mais ils changent de place après la saison. Dans la maison, la nourriture est préparée uniquement par temps froid, en automne, au printemps et en hiver. La plupart des villageois, dans la pièce où ils sont assis, ont un four avec un foyer et une cheminée. Les plats ne sont jamais cuisinés par des hommes, mais uniquement par des femmes, c'est leur métier. Et quand un homme sait cuisiner, les femmes se moquent de lui en lui disant qu'il allait faire de moi sa fille avec ce qu'il peut avoir et ne convoite pas la part d'autrui. Quand il a faim, il mange ce qu'on lui donne, car la faim est le meilleur cuisinier. [6]

Plats de vacances roumains Modification

Modification des boissons

La richesse des collines et collines roumaines apporte avec elle de riches récoltes de raisins et de fruits tels que : pommes, prunes, cerises, abricots, pêches, crocodiles, cerises. En Roumanie, il existe de nombreuses institutions spécialisées dans l'obtention de vins naturels et de boissons aux fruits. Ils accompagnent souvent la richesse des repas, surtout les jours fériés. L'une des boissons les plus importantes est le vin, la Roumanie ayant une riche tradition dans sa préparation. La Roumanie est le neuvième plus grand producteur de vin au monde, et récemment le marché d'exportation a commencé à se développer. Il existe une large palette de cépages locaux (Fetească, Grasă, Tamâioasă), mais aussi universels (Riesling, Merlot, Sauvignon blanc, Cabernet Sauvignon, Chardonnay, Muscat Ottonel). La bière est également consommée avec plaisir par les Roumains, souvent accompagnée de plats issus de la cuisine traditionnelle allemande ou roumaine. Une autre boisson préférée des Roumains est le brandy (brandy de prune, brandy, obtenu par distillation), la Roumanie étant le deuxième producteur mondial de prunes.

Le vin est un symbole d'abondance, il est donc largement utilisé dans les actes rituels du mariage, dans la conviction que, par ses propriétés, pourrait influencer l'avenir du nouveau mariage, sa pérennité dans le temps, la bouteille de vin qui est devenue un symbole du mariage est présent dans les moments les plus importants de la cérémonie. Les rites funéraires et ceux liés, en général, au culte des morts, préservent aussi les anciennes croyances dans les valences rituelles du vin : le corps du mort, la cage ainsi que la tombe sont arrosés de vin. [7]


La recette de pizza sans gras la plus simple

Si vous voulez perdre du poids, vous en avez probablement suffisamment appris sur les aliments que vous êtes autorisé à manger. En réalité, la liste des aliments que vous pouvez manger pendant le régime est extrêmement longue, les restrictions se limitant uniquement à la façon dont ils sont préparés et à la quantité qui peut être consommée. L'un des aliments dont nous avons envie pendant notre régime est la pizza. La bonne nouvelle est que nous pouvons nous tourner vers pizza sans gras, une préparation facile à digérer et à préparer et délicieuse.

Découvrons ensemble quelle est la recette de pizza qui ne fait pas grossir, pour pouvoir l'intégrer dans notre alimentation quand on est au régime.


Top 10 des recettes en Belgique

La cuisine belge propose un parcours gustatif pour les papilles. Découvrez dans cet article les 10 meilleures recettes de Belgique que vous pouvez même essayer.

La nourriture joue un rôle important dans la culture belge. Tout le monde connaît les fameuses gaufres belges, mais ce que vous ne savez peut-être pas, c'est que la Belgique possède l'une des plus fortes densités de restaurants étoilés Michelin en Europe, même si bon nombre des aliments préférés des Belges sont des aliments confortables qui sont simplement sortis du vide. et jetez de l'huile chaude ou des collations chaudes de vendeurs de rue.

Comme nous le savons tous, la Belgique est un pays linguistiquement divisé. Mais la Belgique est aussi divisée selon les préférences culinaires. La cuisine flamande a une forte influence hollandaise, tandis que la cuisine wallonne est très proche de la cuisine française, riche en sauces. La plupart des plats sont à base de viande ou de poisson, et les meilleurs desserts en Belgique sont souvent des pâtisseries ou des bonbons & # 8211 et tout est généralement arrosé de vin ou de bière dans n'importe quelle région de Belgique.

Dans cet article, nous allons lister les 10 recettes les plus importantes en Belgique que vous devriez essayer, ainsi qu'un lien vers un site qui explique la recette plus en détail, afin que vous puissiez intégrer une note de cuisine belge dans votre menu hebdomadaire & # 8211 certains des meilleurs plats belges sont plus faciles à préparer que vous ne le pensez.

Les meilleures recettes de Belgique que vous devriez essayer.

Stooflees Carbonadeflamandor

/> Ce steak aigre-doux (stoofvlees ou poêlerij) a de nombreuses variantes, certaines familles donnant leurs propres recettes de génération en génération. La plupart d'entre eux comprennent du bœuf, de la bière brune, du pain, des oignons, du sel, du poivre, des herbes (telles que des haricots et du thym) et d'autres épices. Les autres ingrédients sont les carottes, les champignons, le vin rouge & # 8211 et même le chocolat noir ! Une longue marinade et une cuisson lente sont indispensables pour la saveur et pour obtenir une viande tendre. Il est généralement servi avec les fameuses frites belges, pommes de terre bouillies, nouilles, salade de légumes verts & # 8211 et, bien sûr, encore plus de bière.

Cette recette, avec de nombreuses variantes, il est bon de chercher sur google pour en choisir une qui convient aux goûts de votre famille. Voici un des nombreux liens que j'ai trouvé pour cette recette : Carbonnade Flamande

Sole meunière

La recette de poisson classique en Belgique est Sole meunière, la dernière partie du nom se traduirait par & # 8220 à la manière de la meunière & # 8221, signifiant trempée dans de la farine épicée puis frite dans une petite quantité de beurre. Du jus de citron et du persil haché sont ajoutés pour faire une riche sauce au beurre brun. Le poisson est servi avec des pommes de terre : frites, bouillies ou en purée.

Cette recette est très simple et facile à préparer. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant : Sole Meuniere

Gegratineerde witloof

Vous ne trouverez peut-être pas ce plat à la carte d'un restaurant étoilé Michelin, cependant gegratineerde witloof, ou alors chicons gratinés En français, c'est une recette très populaire servie dans de nombreux foyers belges. Spécialité flamande, les endives (que les Belges appellent wifloof, chicon ou & # 8220aur alb & # 8221) ont une saveur particulière utilisée dans les apéritifs/entrées, les soupes, les salades mais aussi les plats principaux. gegratineerde witloof est un plat qui associe ce légume aux fromages régionaux et au jambon, traditionnellement servi avec une purée de pommes de terre mais pas seulement.

Regardez la préparation de cette recette dans l'émission VTM Koken ici.

Filet américain

Imaginez : vous commandez ceci dans un restaurant et vous vous attendez à ce qu'un steak sain arrive dans votre assiette. Malheureusement non, cela n'arrivera pas. Le filet américain est un plat à base de viande hachée qui se sert froid. Diverses épices sont ajoutées au bœuf (qui doit être très maigre) pour lui donner du goût : oignon, jaune d'œuf, sauce Worcestershire ou Tabasco, ketchup, moutarde, persil, câpres, sel, poivre et huile. Vous pouvez le manger de deux manières : tartinée sur du pain (sur le pain grillé s'appelle du pain grillé kannibaal), ou comme plat principal, avec des pommes de terre et des cornichons.

Voici un lien vers une version anglaise de la recette, mais bien sûr elle peut aussi être trouvée en français ou en flamand : Filet américain. Je mets ce site car vous y trouverez plein d'autres recettes.

Moules frites

Environ 30 millions de tonnes de moules sont consommées chaque année en Belgique (soit 3 kg par personne), au cours d'une saison qui se déroule entre septembre et février. La méthode de cuisson la plus utilisée est le vin blanc, avec du persil et du beurre. Certaines recettes remplacent le vin par de la bière belge, ou remplacent le beurre par de l'huile végétale. Mettez les couverts de côté et mangez comme les Belges mangent : utilisez une coquille vide comme une pince à épiler pour retirer les moules. Bien entendu, ce plat peut aussi être accompagné des mêmes frites belges (qui n'ont pas de frites dans les poignets ou les manches) et de bière, blonde ou brune, au goût, mais forcément d'origine belge. Vous serez peut-être surpris mais dans cette liste vous ne trouverez pas la recette des frites en Belgique, mais je pense que c'est compréhensible pourquoi : ils mangent n'importe quoi, n'importe où, de toute façon.

A cette recette si connue et si simple, je me permets de mettre un lien vers autre chose. Vous comprendrez à quel point ce plat est connu : les Moules Frites

C'est une recette aussi simple que délicieuse. Stoemp est un plat typique de la région bruxelloise, à base de purée de pommes de terre mélangée à d'autres légumes. Ceux-ci comprennent traditionnellement les endives, le chou frisé, les oignons, les carottes, les navets, les choux de Bruxelles, les épinards et les légumes verts. Parfois, de la crème ou du lait est ajouté. Il est servi avec de nombreux types de viandes, même des plats semi-fumés et faibles en gras. Jeroen Meus explique dans son émission, Dagelijkse Kost, comment préparer ce type de nourriture.

Paling in & # 8217t groen

Cette cuisine flamande traditionnelle peut être traduite par « anguille en vert » et c'est exactement ça : anguille dans une sauce très, très verte. Les pêcheurs avaient l'habitude de pêcher des anguilles dans l'Escaut, entre Termonde et Anvers, puis de les préparer avec les herbes fraîches qu'ils trouvaient le long des berges. Aujourd'hui, la sauce est composée d'un mélange d'herbes, qui peut inclure du hashmatuchi (cerfeuil), de l'oseille, du persil, de la menthe, du raisin, du basilic et du thym. Les plantes que vous choisissez d'utiliser doivent être ajoutées au tout dernier moment pour garder leur couleur éclatante. Jeroen Meus vous dit aussi comment ne pas échouer avec cette recette.

Gentse waterzooi

Gentse Waterzooi est une soupe. Waterzooi vient du mot vieux flamand zooien, qui signifie "faire bouillir" et Doux montre que la soupe vient de la ville de Gand. Il est traditionnellement préparé avec des poissons tels que : carpe, brochet, anguille & # 8211 mais de nos jours la recette a été adaptée avec du poulet & # 8211 ainsi que des légumes tels que carottes, poireaux, pommes de terre, puis épaissie avec des œufs, de la crème et du beurre . Il est généralement servi avec du pain grillé.

Belgische gehaktballen

Dumplings c'est un plat très répandu dans les régions flamande et wallonne, avec de nombreuses variantes. En Flandre, elles sont généralement servies dans une sauce tomate, ou à la Frikadellen "aux cerises", auquel cas les boulettes de viande sont frites dans du beurre et servies avec une sauce aux cerises. Le sud de Bruxelles Bals de Liège sont populaires, servis avec un riche mélange de bœuf et d'épices Sirop de Liège & # 8211 un sirop de fruits et de pommes, semblable à la marmelade, qui donne un goût sucré distinct.

Sur ce site vous trouverez la version au sirop de Liège. Également sur ce site, vous trouverez de nombreuses autres recettes pour ceux qui ont des enfants, mais aussi de nombreux autres articles intéressants pour les parents.

Crevette grise

Cette délicatesse de la mer du Nord se retrouve dans presque tous les restaurants de Belgique. Les crevettes grises, qui, malgré leur nom et leur apparence, ont un arôme doux et délicat, sont préparées de plusieurs manières. Vous pouvez trouver des crevettes dans les tomates & # 8211 tomates crevettes (tomates fraîches farcies d'une salade de crevettes), croquettes de crevettes (garnaalkroket en flamand) ou mangées en collation avec de la bière. Les crevettes sont traditionnellement pêchées le long de la côte belge par des pêcheurs à cheval, une pratique encore rencontrée dans le village côtier d'Oostduinkerke qui fait partie de la liste du patrimoine culturel immatériel humanitaire de l'UNESCO.

Ce serait la liste de quelques-unes des recettes les plus célèbres de Belgique. Bien sûr, il existe de nombreux autres plats très savoureux et si vous en connaissez un n'hésitez pas à l'écrire dans les commentaires. Nous connaissons tous le grand dilemme de nos épouses/mères : « que dois-je cuisiner aujourd'hui ? ». C'est peut-être ainsi que nous pouvons les aider.


Aperçu de la confidentialité

Les cookies nécessaires sont absolument essentiels au bon fonctionnement du site Web. Cette catégorie comprend uniquement les cookies qui assurent les fonctionnalités de base et les fonctions de sécurité du site Web. Ces cookies ne stockent aucune information personnelle.

Any cookies that may not be particularly necessary for the website to function and is used specifically to collect user personal data via analytics, ads, other embedded contents are termed as non-necessary cookies. It is mandatory to procure user consent prior to running these cookies on your website.


In America pizza usually falls into two categories: thick and cheesy Chicago style or thin and more traditional New York pizza. In Italy pizza also falls into two distinct categories: Italian pizza and the rest of the world. It might seem silly considering the basic ingredients, but one taste of a true Italian pizza and that’s it. You will never feel the same about this simple and delicious food again. Let’s learn a little bit more about the history of pizza, shall we?

Pizza in its most basic form as a seasoned flatbread has a long history in the Mediterranean. Several cultures including the Greeks and Phoenicians ate flatbread made from flour and water. The dough would be cooked by placing it on a hot stone and then seasoned with herbs. The Greeks called this early pizza plankuntos and it was basically used as an edible plate when eating stews or thick broth. It was not yet what we would call pizza today but it was very much like modern focaccia. These early pizzas were eaten from Rome to Egypt to Babylon and were praised by the ancient historians Herodotus and Cato the Elder.

The origin of pizza

So, about the origin of pizza… The word “pizza” is thought to have come from the Latin word pinsa, meaning flatbread (although there is much debate about the origin of the word).

A legend suggests that Roman soldiers gained a taste for Jewish Matzoth while stationed in Roman-occupied Palestine and developed a similar food after returning home. However, a recent archeological discovery has found a preserved Bronze Age pizza in the Veneto region. By the Middle Ages, these early pizzas started to take on a more modern look and taste.

The peasantry of the time used what few ingredients they could get their hands on to produce the modern pizza dough and topped it with olive oil and herbs. The introduction of the Indian Water Buffalo gave pizza another dimension with the production of mozzarella cheese. Even today, the use of fresh mozzarella di buffalo in Italian pizza cannot be substituted. While other cheeses have made their way onto pizza (usually in conjunction with fresh mozzarella), no Italian Pizzeria would ever use the dried shredded type used on so many American pizzas.

A pizza napoletana verace (elfQrin/wikimedia)

The introduction of tomatoes to Italian cuisine in the 18 th and early 19 th centuries finally gave us the true modern Italian pizza. Even though tomatoes reached Italy by the 1530’s it was widely thought that they were poisonous and were grown only for decoration. However, the innovative (and probably starving) peasants of Naples started using the supposedly deadly fruit in many of their foods, including their early pizzas.

Since that fateful day, the world of Italian cuisine would never be the same, however, it took some time for the rest of society to accept this crude peasant food. Once members of the local aristocracy tried pizza they couldn’t get enough of it, which by this time was being sold on the streets of Naples for every meal. As pizza popularity increased, street vendors gave way to actual shops where people could order a custom pizza with many different toppings. By 1830 the “Antica Pizzeria Port’Alba” of Naples had become the first true pizzeria and this venerable institution is still producing masterpieces.

More about the origin of pizza?

The popular pizza Margherita owes its name to Italy’s Queen Margherita who in 1889 visited the Pizzeria Brandi in Naples. The Pizzaiolo (pizza maker) on duty that day, Rafaele Esposito created a pizza for the Queen that contained the three colors of the new Italian flag. The red of tomato, white of the mozzarella, and fresh green basil, was a hit with the Queen and the rest of the world. Neapolitan style pizza had now spread throughout Italy and each region started designing its own versions based on the Italian culinary rule of fresh, local ingredients.

Pizza Verace Napoletana is characterized by a crust thicker than the rest of the pizza, known as cornicioni (Bauaro/flickr)

Neapolitan pizza is not only special for its relevance in the history of the dish, but also because, since 2010, it holds a STG qualification granted by the EU. STG means that Neapolitan pizza, or Pizza Verace Napoletana, as it is known (original Neapolitan pizza), is a specialità tradizionale garantita (guaranteed traditional specialty): its ingredients are controlled and regulated by law, just as its shape, the way the dough is prepared and cut, and where it can be consumed.

Yes, that’s right: to be so, a pizza verace napoletana must be consumed in the same premises where it has been baked, which means take-out pizzas lose their STG qualification. The STG qualification is a guarantee for the consumer that the product roots its origins in the culinary tradition of a certain area and, even more important, that it has been made following regulations apt to keep the Neopolitan pizza authentic.

Traditional Italian pizza

Continuing the history of pizza, we should have a look at the traditional Italian pizza too. Pizza Margherita may have set the standard, but there are numerous popular varieties of pizza made in Italy today.

Pizza from a Pizzeria is the recognized round shape, made to order, and always cooked in a wood-fired oven. Regional varieties are always worth trying such as pizza Marinara, a traditional Neapolitan pizza that has oregano, anchovies, and lots of garlic. Some other traditional Italian pizza is:

Pizza Capricciosa with a topping of mushrooms, prosciutto, artichoke hearts, olives, and ½ a boiled egg! Pizza Pugliese makes use of local capers and olives, while pizza Veronese has mushrooms and tender prosciutto Crudo. Pizzas from Sicily can have numerous toppings ranging from green olives, seafood, hard-boiled eggs, and peas.

Besides regional styles, there are several varieties that are popular throughout Italy. Quattro Formaggi uses a four-cheese combination of fresh mozzarella and three local kinds of cheese such as gorgonzola, ricotta, and Parmigiano Reggiano, or stronger cheeses such as fontina or taleggio, depending on the areas of Italy. Italian tuna packed in olive oil is also a popular topping along with other marine products like anchovies, shellfish, and shrimp.

Quattro Stagioni is another traditional Italian pizza similar to the Capricciosa. It represents the four seasons and makes a good sampler pizza with sections of artichokes, salami or Prosciutto Cotto, mushrooms, and tomatoes. In Liguria, you may find pizza topped with basil pesto and no tomato sauce. Of course, there are hundreds more to discover and all of them are delicious!

New Trends in Pizza and types of flatbread

Within the history of pizza, and the traditional Italian pizza, there are other types of pizza and types of flatbread that are very popular in Italy (and not just). Here are some highlight!

Pizza al taglio, also known as pizza rustica, is sold everywhere in Italy, usually by weight and often piled with marinated mushrooms, onions, or artichokes. This style of pizza is cooked on a sheet pan at street stalls and makes a good quick lunch.

Focaccia is typical of Liguria and is characterized by a base usually thicker than that of pizza, topped with olive oil and rosemary. More toppings can be added, olive, caramelized onions, and cheese being among the more common.

Sfincione is a thick Sicilian sheet pizza that uses tomato sauce, anchovies (usually anchovy paste) breadcrumbs, and caciocavallo (or another local variety) cheese.

Italian calzone (no surprise here!) is smaller than its American cousin and is often filled with either meats or fresh vegetables (a favorite is a spinach) and mozzarella. A newer trend that is gaining popularity is the emergence of sweet pizzas and traditional Italian pizzerias are trying to accommodate this trend by using unique ingredients. These dessert pizzas often have flavor combinations such as Nutella, honey, fruit jam, yogurt, even mustard, and liquor.

One thing to keep in mind when ordering pizza in an Italian pizzeria is that the product is personal size. Each person at a table should order their own individual pizza – one bite will explain why. In certain areas outside Italy, there are a few pizzaioli who keep to their homeland traditions as best as they can with the ingredients they have, but it really isn’t the same. In the end, there is no going back once you try a real Italian pizza, no delivery or frozen product will ever stimulate your taste buds the way a real Italian pizza does!

These would be our highlights of the history of pizza, the traditional Italian pizza and the different types of pizza you can find. We hope you’re ready to taste and love.

Note: since one reader posted that in Napoli pizza Margherita is made with Fior Di Latte (Cow Mozzarella) and not Buffala mozzarella I did some research and it looks like the reader is wrong. One of the most famous Neapolitan pizzeria (L’Antica Pizzeria da Michele) uses buffalo mozzarella and I suspect all do, I do not see how they could do otherwise since buffalo mozzarella comes from the Naples area and it has always been considered superior to Fior di Latte.


Reteta de paste de unt din Marea Britanie

Ingredientele de care aveți nevoie:

Pregătirea pastelor de unt din limba engleză:

Într-un castron mare amestecați făina cu zahărul de glazură. Tăiați untul înmuiat în mai multe bucăți. Apoi, în centrul amestecului de făină și zahăr faceți o gaură și puneți untul tăiat în bucăți. Frământați bine amestecul până când făina se va lipi bine.

Cu ajutorul unui știft de rulare, subțiriți aluatul de pește, lăsând aproximativ o jumătate de centimetru gros. Acum, cu o mucegai tăiați pastitas. Cu piesele rămași să reintroduceți din nou aluatul și să-i subțiriți din nou cu ajutorul rolei, repetând procesul până când terminați cu întregul aluat.

Bateți un ou și, cu ajutorul unei perii de bucătărie, răspândiți produsele de patiserie deasupra cu oul bătut.

Cu vârfurile unei furci trasați niște zgârieturi ușoare pe produse de patiserie și le așezați în cuptor la foc mare timp de câteva minute, până când observați că au rumenit puțin. Apoi scoateți-le din cuptor și le serviți la rece. Dacă doriți, puteți adăuga puțin zahăr pe partea de sus. subiecte Rețete cookie


Video: Pizzatesti - Saarioisen Chicken and Becon Lovers (Janvier 2022).