Nouvelles recettes

Beyond Sushi ouvre un troisième emplacement dans le centre-ville de Manhattan

Beyond Sushi ouvre un troisième emplacement dans le centre-ville de Manhattan

Un restaurant qui a prouvé à deux reprises sa popularité parmi les habitants de Manhattan qui dînent dans le centre-ville ouvre aujourd'hui son troisième emplacement - uptown. Autrefois nourrissant les gens sur East 14th Street (depuis 2012) et West 15th Street (à Chelsea Market, depuis 2013), Beyond Sushi apporte maintenant sa nourriture fraîche et sa philosophie fraîche dans un nouveau quartier, Midtown West.

« Nous avons très bien réussi sur la 14e rue et sur le marché de Chelsea », déclare le co-fondateur et chef cuisinier de Beyond Sushi, Guy Vaknin, qui est apparu en 2010 dans l'émission de cuisine de réalité FOX. La cuisine de l'enfer, animé par Gordon Ramsay.

« Les choses allaient très bien et elles le sont toujours. Mais il est temps d'aller sur un grand marché », poursuit Vaknin. « Je sentais que nous devions faire quelque chose au cœur de la ville. J'ai choisi cette zone à cause de la foule du déjeuner. C'est le bon moment pour passer à l'étape suivante.

De plus, les végétariens estiment que Midtown manque cruellement d'établissements sans animaux. Beyond Sushi offre aux mangeurs de verdure (que ce soit pour des raisons diététiques ou éthiques) quelque chose de jamais vu auparavant près de la 56e rue entre la cinquième et la sixième avenue.

Alors que certains peuvent se méfier des sushis végétaliens, le qualifier rapidement d'oxymore, le rejet des petits pains, des morceaux, des wraps et d'autres plats délicieux servis à Beyond Sushi serait terriblement erroné. Les spots décontractés à emporter visent à plaire et ne manquent jamais d'impressionner avec leurs plats de menu à base de légumes et de fruits enrobés de riz noir presque addictifs.

« Tous ceux qui entrent sont généralement sceptiques. Mais, une fois qu'ils y ont goûté, tout s'en va », assure Vaknin, qui confirme que 80 à 90 % de leurs clients ne sont même pas végétaliens. Bien qu'il attribue à la communauté des plantes le mérite d'être les premiers à adopter – allant même jusqu'à dire qu'ils ont façonné la trajectoire du restaurant avec leur contribution initiale et leur soutien continu – ce sont des clients omnivores qui ont en grande partie élevé Beyond Sushi à son statut de culte. Essayez simplement d'aller à l'heure du déjeuner un jour de semaine au marché de Chelsea ou à l'heure du dîner un samedi soir dans l'East Village. Inutile de dire qu'il y a un peu d'attente.

Comme le souligne avec éloquence un autre article de ce site, la cuisine est toujours satisfaisante. Katherine Baker de l'Université Spoon écrit :

"Des combinaisons surprenantes d'ingrédients sains mais copieux comme les patates douces, l'avocat, les champignons, le tofu et les légumes verts croquants sont judicieusement associés, enveloppés d'algues et d'une couche de riz, et finis avec une sauce spéciale. Ce sushi est de l'art, presque impossible manger sans admirer d'abord et prendre une photo. Ce qui est encore mieux, c'est la saveur que chaque bouchée offre, battant tous les rouleaux californiens par un glissement de terrain. Prenez le rouleau La Fiesta. Rempli d'avocat, de jalapeño mariné et de chayotte, cette beauté est surmontée d'un sauce chili à la mangue, apportant une touche sucrée et épicée au rouleau de terre."

Je n'aurais pas pu mieux dire. À la fois innovant et familier, léger mais satisfaisant, nutritif mais délicieux, Beyond Sushi s'avère un excellent choix, que vous soyez en fuite entre les réunions, que vous preniez une bouchée avant un événement ou que vous prépariez un déjeuner pour tout le bureau.

Vaknin, qui jusqu'à il y a moins de deux ans était un carnivore porteur de cartes, maintient une position simple lorsqu'il s'agit d'attirer et de fidéliser les fans : « Servez simplement de la bonne nourriture. Pour nous, c'est végétalien. Posséder.

Quant à l'avenir, Vaknin est optimiste quant à la croissance de la micro-chaîne. « Ai-je des projets d'expansion ? Oui. Est-ce que je veux plus d'emplacements ? Oui. Quand? C'est un mystère. Je ne sais pas encore. Ce fut un grand saut. La prochaine étape viendra. C'est juste une question de temps."

Pour l'instant, mordez à pleines dents dans les créations visionnaires mais accessibles de Vaknin dans l'un des trois sites de Manhattan.

Le dernier emplacement de Au-delà des sushis ouvre ses portes aujourd'hui :

Beyond Sushi Midtown West • 62 West 56th Street (entre la 5th Avenue et la 6th Avenue) • 646.964.1117 • L – F 10 h – 20 h + le week-end 11 h – 20 h • La commande en ligne pour le ramassage est disponible, mais pas encore le service de livraison installer.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle de restauration : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

Une arepa (une crêpe de maïs, sucrée ou non sucrée) est un plat que beaucoup ne connaissent pas, donc faire la transition de Jackson Heights à Brooklyn a donné aux gens un avant-goût de la cuisine colombienne pour laquelle ils n'ont plus à se rendre dans le Queens, dit Cano.

"Si les gens les aiment à Brooklyn, nous pourrons peut-être voir un petit restaurant assis à l'avenir", a-t-elle ajouté.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle à manger : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

Une arepa (une crêpe de maïs, sucrée ou non sucrée) est un plat que beaucoup ne connaissent pas, donc faire la transition de Jackson Heights à Brooklyn a donné aux gens un avant-goût de la cuisine colombienne pour laquelle ils n'ont plus à se rendre dans le Queens, dit Cano.

"Si les gens les aiment à Brooklyn, nous pourrons peut-être voir un petit restaurant assis à l'avenir", a-t-elle ajouté.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle de restauration : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

Une arepa (une crêpe de maïs, sucrée ou non sucrée) est un plat que beaucoup ne connaissent pas, donc faire la transition de Jackson Heights à Brooklyn a donné aux gens un avant-goût de la cuisine colombienne pour laquelle ils n'ont plus à se rendre dans le Queens, dit Cano.

"Si les gens les aiment à Brooklyn, nous pourrons peut-être voir un petit restaurant assis à l'avenir", a-t-elle ajouté.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle à manger : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

Une arepa (une crêpe de maïs, sucrée ou non sucrée) est un plat que beaucoup ne connaissent pas, donc faire la transition de Jackson Heights à Brooklyn a donné aux gens un avant-goût de la cuisine colombienne pour laquelle ils n'ont plus à se rendre dans le Queens, dit Cano.

"Si les gens les aiment à Brooklyn, nous pourrons peut-être voir un petit restaurant assis à l'avenir", a-t-elle ajouté.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle de restauration : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

Une arepa (une crêpe de maïs, sucrée ou non sucrée) est un plat que beaucoup ne connaissent pas, donc faire la transition de Jackson Heights à Brooklyn a donné aux gens un avant-goût de la cuisine colombienne pour laquelle ils n'ont plus à se rendre dans le Queens, dit Cano.

"Si les gens les aiment à Brooklyn, nous pourrons peut-être voir un petit restaurant assis à l'avenir", a-t-elle ajouté.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle à manger : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

Une arepa (une crêpe de maïs, sucrée ou non sucrée) est un plat que beaucoup ne connaissent pas, donc faire la transition de Jackson Heights à Brooklyn a donné aux gens un avant-goût de la cuisine colombienne pour laquelle ils n'ont plus à se rendre dans le Queens, dit Cano.

"Si les gens les aiment à Brooklyn, nous pourrons peut-être voir un petit restaurant assis à l'avenir", a-t-elle ajouté.


L'art de passer du restaurant au food hall

NYC est connue comme l'un des hauts lieux de la restauration et il est clair que la tendance ne va nulle part, Big Apple et au-delà. La liste des halles alimentaires ne cesse de s'allonger. En juin, DeKalb Market Hall a ouvert ses portes dans le centre-ville de Brooklyn et, en juillet, le City Acres Market de Brooklyn a ouvert un autre emplacement dans le quartier financier de Manhattan.

Ces halles de restauration sont inondées d'une myriade de vendeurs de toute la ville, et il peut être surprenant que la plupart d'entre elles gèrent également des restaurants à succès séparés de leur station de restauration. En vous promenant devant chaque kiosque, en découvrant ce qui vous fait envie, êtes-vous déjà curieux de connaître l'histoire de chaque fournisseur ? Nous plongeons dans la façon dont certains de ces lieux jonglent avec les deux mondes de la salle à manger et du restaurant.

"Une salle de restauration est un excellent moyen de pouvoir ouvrir rapidement une succursale et de permettre aux gens d'avoir un autre accès pour essayer notre nourriture", explique Tali Vaknin, copropriétaire de la chaîne de sushis végétaliens et végétariens Beyond Sushi.

Vaknin et son mari gèrent plusieurs magasins Beyond Sushi, dont un restaurant à service complet à Midtown. Leur incursion dans l'industrie de la restauration a commencé au marché de Chelsea et maintenant le vendeur du couple s'est étendu au nouveau marché City Acres dans le quartier financier, une zone dans laquelle ils n'ont "jamais exploité".

Bien qu'il y ait toujours une foule diversifiée à chaque endroit, Vaknin dit que le type de client varie d'un endroit à l'autre. Logiquement, les personnes à la recherche d'un espace plus assis ont tendance à se tourner vers leur restaurant à service complet. Le marché de Chelsea attire plus de touristes, tandis que City Acres dans le quartier financier est principalement composé de New-Yorkais locaux travaillant dans la région.

Mais il faut un type particulier de membre de l'équipe pour gérer le consommateur typique de la salle à manger, dit Vaknin : ceux qui ont « une personnalité formidable, pétillante et merveilleuse ». Et pourquoi est-ce le cas ? C'est un poste peut-être plus interactif que de travailler dans un restaurant.

"Ils suivent un processus de formation approfondi juste pour s'assurer qu'ils ont un très bon sens du service client et qu'ils sont capables d'attirer les gens vers notre place sur le marché", a-t-elle déclaré.

Le menu dans tous les emplacements de Beyond Sushi, y compris dans les deux halls de restauration, est le même. Mais il y a un facteur unique qui vient d'être un vendeur dans une salle de restauration : la concurrence.

« Le bouche à oreille est tout pour nous », dit Vaknin. « Il s'agit de faire connaître la marque aux gens et pourquoi ils devraient manger chez nous plutôt que dans les autres. »

Malgré cette compétition de food hall, Maria Cano, propriétaire de The Arepa Lady, dit que la réception au marché Dekalb a été « incroyable » jusqu'à présent. Le restaurant colombien basé dans le Queens a fait ses débuts dans la salle de restauration avec Dekalb Market en juin.

La Dame d'Arepa @ Marché DeKalb

"Il y a une si bonne ambiance dans la salle de restauration, c'est contagieux", a-t-elle déclaré.

Mais contrairement à Beyond Sushi, Cano a dû ajuster considérablement son menu pour sa clientèle en déplacement.

« Tout est plus rapide, et la seule chose qui a été difficile, c'est de faire tous les arepas », a déclaré Cano. « Au restaurant, vous avez plus d'options de nourriture, de boissons et de desserts. Dans la salle de restauration, ce ne sont que des arepas, il faut donc en avoir beaucoup.

La décision d'amener The Arepa Lady au Dekalb Market de Brooklyn a exposé l'endroit à une nouvelle foule, dit Cano. Alors que le restaurant abritait principalement des personnes d'origine colombienne, le vendeur propose des arepas pour des personnes de partout.

An arepa (a corn pancake, sweetened or unsweetened) is a dish many aren’t familiar with, so making the transition from Jackson Heights into Brooklyn has given people a taste of the Colombian cuisine that they no longer have to trek to Queens for, says Cano.

“If people like them in Brooklyn maybe we can see a small sit-down restaurant in the future,” she added.


The Art of Transitioning from Restaurant to Food Hall

NYC is known as one of the food hall meccas and it’s clear the trend isn’t going anywhere, Big Apple and beyond. The list of food halls just keeps growing. Back in June, DeKalb Market Hall opened its doors in Downtown Brooklyn and, in July, Brooklyn’s City Acres Market opened another location in Manhattan’s Financial District.

These food halls are flooded with a myriad of vendors from all over the city, and it may come as a surprise that most of them also run successful restaurants separate from their food hall station. As you’re strolling past each kiosk, figuring out what you’re in the mood for, are you ever curious about each vendor’s backstory? We’re diving into how some of these places juggle the two worlds of food hall and restaurant.

“A food hall is a great way to be able to quickly open a branch and allow for people to have another access location to try our food,” says Tali Vaknin, co-owner of the vegan and vegetarian sushi chain Beyond Sushi.

Vaknin and her husband run multiple Beyond Sushi locations, including a full-service restaurant in Midtown. Their foray into the food hall industry began at Chelsea Market and now the couple’s vendor has expanded to the new City Acres Market in the Financial District, an area they’ve “never tapped into.”

While there’s always a diverse crowd at every location, Vaknin says the type of customer does vary from place to place. Logically, people looking for a more sit-down space tend to gravitate towards their full-service restaurant. Chelsea Market draws more of a tourist crowd, while City Acres in the Financial District is mainly local New Yorkers working in the area.

But it takes a special type of team member to manage the typical food hall consumer, says Vaknin: those with the “great, bubbly, wonderful personality.” And why is this the case? It’s a position that’s perhaps more interactive than working in the restaurant.

“They go through an extensive training process just to make sure they have a really good sense of customer service and they’re able to draw people to our place within the market,” she said.

The menu across all of Beyond Sushi’s locations, including in both food halls, is the same. But there’s a unique factor that comes with being a vendor in a food hall: competition.

“Word of mouth is everything for us,” says Vaknin. “It’s about getting people to know about the brand and why they should eat at our location as opposed to the others.”

Despite this food hall competition, Maria Cano, owner of The Arepa Lady, says the reception at Dekalb Market has been “amazing” so far. The Queens-based Colombian restaurant made its food hall debut with Dekalb Market in June.

The Arepa Lady @ DeKalb Market

“There is such a good vibe in the food hall, it’s contagious,” she said.

But unlike Beyond Sushi, Cano had to significantly adjust her menu for their on-the-go clientele.

“Everything is quicker, and the only thing that has been difficult is making all the arepas,” said Cano. “In the restaurant, you have more options of food, drinks, and desserts. In the food hall, it’s just arepas so you need to have a lot of them.”

The decision to bring The Arepa Lady to Brooklyn’s Dekalb Market has exposed the place to a new crowd, says Cano. While the restaurant primarily housed people with a Colombian background, the vendor’s serving up arepas for people from all over.

An arepa (a corn pancake, sweetened or unsweetened) is a dish many aren’t familiar with, so making the transition from Jackson Heights into Brooklyn has given people a taste of the Colombian cuisine that they no longer have to trek to Queens for, says Cano.

“If people like them in Brooklyn maybe we can see a small sit-down restaurant in the future,” she added.


The Art of Transitioning from Restaurant to Food Hall

NYC is known as one of the food hall meccas and it’s clear the trend isn’t going anywhere, Big Apple and beyond. The list of food halls just keeps growing. Back in June, DeKalb Market Hall opened its doors in Downtown Brooklyn and, in July, Brooklyn’s City Acres Market opened another location in Manhattan’s Financial District.

These food halls are flooded with a myriad of vendors from all over the city, and it may come as a surprise that most of them also run successful restaurants separate from their food hall station. As you’re strolling past each kiosk, figuring out what you’re in the mood for, are you ever curious about each vendor’s backstory? We’re diving into how some of these places juggle the two worlds of food hall and restaurant.

“A food hall is a great way to be able to quickly open a branch and allow for people to have another access location to try our food,” says Tali Vaknin, co-owner of the vegan and vegetarian sushi chain Beyond Sushi.

Vaknin and her husband run multiple Beyond Sushi locations, including a full-service restaurant in Midtown. Their foray into the food hall industry began at Chelsea Market and now the couple’s vendor has expanded to the new City Acres Market in the Financial District, an area they’ve “never tapped into.”

While there’s always a diverse crowd at every location, Vaknin says the type of customer does vary from place to place. Logically, people looking for a more sit-down space tend to gravitate towards their full-service restaurant. Chelsea Market draws more of a tourist crowd, while City Acres in the Financial District is mainly local New Yorkers working in the area.

But it takes a special type of team member to manage the typical food hall consumer, says Vaknin: those with the “great, bubbly, wonderful personality.” And why is this the case? It’s a position that’s perhaps more interactive than working in the restaurant.

“They go through an extensive training process just to make sure they have a really good sense of customer service and they’re able to draw people to our place within the market,” she said.

The menu across all of Beyond Sushi’s locations, including in both food halls, is the same. But there’s a unique factor that comes with being a vendor in a food hall: competition.

“Word of mouth is everything for us,” says Vaknin. “It’s about getting people to know about the brand and why they should eat at our location as opposed to the others.”

Despite this food hall competition, Maria Cano, owner of The Arepa Lady, says the reception at Dekalb Market has been “amazing” so far. The Queens-based Colombian restaurant made its food hall debut with Dekalb Market in June.

The Arepa Lady @ DeKalb Market

“There is such a good vibe in the food hall, it’s contagious,” she said.

But unlike Beyond Sushi, Cano had to significantly adjust her menu for their on-the-go clientele.

“Everything is quicker, and the only thing that has been difficult is making all the arepas,” said Cano. “In the restaurant, you have more options of food, drinks, and desserts. In the food hall, it’s just arepas so you need to have a lot of them.”

The decision to bring The Arepa Lady to Brooklyn’s Dekalb Market has exposed the place to a new crowd, says Cano. While the restaurant primarily housed people with a Colombian background, the vendor’s serving up arepas for people from all over.

An arepa (a corn pancake, sweetened or unsweetened) is a dish many aren’t familiar with, so making the transition from Jackson Heights into Brooklyn has given people a taste of the Colombian cuisine that they no longer have to trek to Queens for, says Cano.

“If people like them in Brooklyn maybe we can see a small sit-down restaurant in the future,” she added.


The Art of Transitioning from Restaurant to Food Hall

NYC is known as one of the food hall meccas and it’s clear the trend isn’t going anywhere, Big Apple and beyond. The list of food halls just keeps growing. Back in June, DeKalb Market Hall opened its doors in Downtown Brooklyn and, in July, Brooklyn’s City Acres Market opened another location in Manhattan’s Financial District.

These food halls are flooded with a myriad of vendors from all over the city, and it may come as a surprise that most of them also run successful restaurants separate from their food hall station. As you’re strolling past each kiosk, figuring out what you’re in the mood for, are you ever curious about each vendor’s backstory? We’re diving into how some of these places juggle the two worlds of food hall and restaurant.

“A food hall is a great way to be able to quickly open a branch and allow for people to have another access location to try our food,” says Tali Vaknin, co-owner of the vegan and vegetarian sushi chain Beyond Sushi.

Vaknin and her husband run multiple Beyond Sushi locations, including a full-service restaurant in Midtown. Their foray into the food hall industry began at Chelsea Market and now the couple’s vendor has expanded to the new City Acres Market in the Financial District, an area they’ve “never tapped into.”

While there’s always a diverse crowd at every location, Vaknin says the type of customer does vary from place to place. Logically, people looking for a more sit-down space tend to gravitate towards their full-service restaurant. Chelsea Market draws more of a tourist crowd, while City Acres in the Financial District is mainly local New Yorkers working in the area.

But it takes a special type of team member to manage the typical food hall consumer, says Vaknin: those with the “great, bubbly, wonderful personality.” And why is this the case? It’s a position that’s perhaps more interactive than working in the restaurant.

“They go through an extensive training process just to make sure they have a really good sense of customer service and they’re able to draw people to our place within the market,” she said.

The menu across all of Beyond Sushi’s locations, including in both food halls, is the same. But there’s a unique factor that comes with being a vendor in a food hall: competition.

“Word of mouth is everything for us,” says Vaknin. “It’s about getting people to know about the brand and why they should eat at our location as opposed to the others.”

Despite this food hall competition, Maria Cano, owner of The Arepa Lady, says the reception at Dekalb Market has been “amazing” so far. The Queens-based Colombian restaurant made its food hall debut with Dekalb Market in June.

The Arepa Lady @ DeKalb Market

“There is such a good vibe in the food hall, it’s contagious,” she said.

But unlike Beyond Sushi, Cano had to significantly adjust her menu for their on-the-go clientele.

“Everything is quicker, and the only thing that has been difficult is making all the arepas,” said Cano. “In the restaurant, you have more options of food, drinks, and desserts. In the food hall, it’s just arepas so you need to have a lot of them.”

The decision to bring The Arepa Lady to Brooklyn’s Dekalb Market has exposed the place to a new crowd, says Cano. While the restaurant primarily housed people with a Colombian background, the vendor’s serving up arepas for people from all over.

An arepa (a corn pancake, sweetened or unsweetened) is a dish many aren’t familiar with, so making the transition from Jackson Heights into Brooklyn has given people a taste of the Colombian cuisine that they no longer have to trek to Queens for, says Cano.

“If people like them in Brooklyn maybe we can see a small sit-down restaurant in the future,” she added.